Fin de l'abbaye

Version imprimableVersion imprimable

L’abbaye du Betton sous la Révolution

Préambule

Les religieuses du Betton sous le régime sarde

Une petite communauté de femmes
En 1769, l’abbaye compte une vingtaine de sœurs professes, et un nombre indéterminé de sœurs converses (celles-ci, de statut inférieur, destinées aux tâches matérielles, ne participaient pas au chapitre, et les notaires ne les citent donc pas ; et pourtant, parmi elles, on relève les noms de familles de magistrats, de propriétaires terriens)
Des patronymes reviennent au fil du siècle et des générations, car on s’y retrouve « entre soi » : Chollet du Bourget, Sarde de la Forêt, Richard de Saint-Réal, Sarde de Candie, de Saint-Michel, de Blancheville, Leblanc, de Megève, Ducol, Chollet de Voglans, de Chamousset
En novembre 1776 elles sont une quinzaine citées ; s’ajoutent ces noms : de Saint-Ange, de Martinel, d’Hauterive

Autonomie de l’abbaye du Betton
1769 : on voit que l’abbaye du Betton n’est pas tout à fait libre de ses décisions: une transaction est passée avec noble Picollet de la Rochette au sujet de droits contestés sur des terres ; le Révérend Seigneur Abbé de Tamié est justement présent, et c’est avec lui et sous son autorité que le différend se règlera à l’amiable (on y apprend que l’abbaye percevra une importante indemnité qui aidera à financer la réfection des toitures et murailles de l’abbaye).
AD073 cote 2C 974 F° 258

La Révolution française pénètre en Savoie

En France, la Révolution a commencé dès 1789 ; en février 1790, l'Assemblée nationale a voté la suppression de l'ordre cistercien pour motif d'inutilité.
Nuit du 21 au 22 septembre 1792 : l'Armée des Alpes française commandée par Anne Pierre de Montesquiou-Fézensac, soit quelque 15 000 hommes au sein desquels on trouve la Légion des Allobroges, envahit la Savoie. Les troupes sardes se retirent pratiquement sans combattre sur les crêtes des Alpes.
L'Assemblée des Députés des Communes de la Savoie se réunit en la cathédrale de Chambéry et lors des séances des 26 et 27 octobre elle décide la suppression des droits souverains de la Maison de Savoie, de la noblesse, des redevances féodales (sans indemnisation), de la dîme, ainsi que la confiscation des biens du clergé
À Paris, par un décret du 27 novembre 1792, la Convention proclame l'annexion de la Savoie qui constitue dès lors le département du Mont-Blanc.
La Constitution civile entre en vigueur le 8 février 1793 : On estime qu’un tiers des prêtres l’acceptent.
Puis, la répression directe contre les prêtres et le culte frappe toute activité religieuse, contre la volonté de nombreux savoyards. La vente des biens nationaux parmi lesquels pouvaient se trouver des objets du culte comme les ornements sacerdotaux a pris de front de nombreuses communautés villageoises qui se sentaient spoliées de biens qu'elles avaient produits et qu'elles ressentaient comme leurs biens propres. Cette vente des biens nationaux s'étale sur sept ans.
En Savoie, certains acheteurs sont des paysans propriétaires qui agrandissent leur lopin, mais surtout des bourgeois citadins de toute catégorie au premier rang desquels se pressent les notaires.
Le concordat de 1801 amène l'apaisement et le ralliement de larges couches de la population. L'État prend à sa charge le traitement du clergé, et en échange, le pape a accepté que l'on ne revienne pas sur la confiscation des biens de l'Église, au grand soulagement des acheteurs de biens nationaux.

Printemps 1793 : le début de la fin d’une abbaye

En avril 1793, la « citoyenne madame Chollet » passe encore des actes notariés pour l’abbaye du Betton ; mais elle agit sous tutelle municipale, assistée par Michel Rosset, maire, et les citoyens Sébastien Rosset et Jean-Claude Tarajat  « affiliés municipaux formant le corps municipal de la commune de Bettonnet ».
AD073 cote 2C 2197 F°237
Les religieuses semblent avoir quitté le couvent début juin.

Juin 1793 : les inventaires
(le détail des inventaires restent largement inconnu : ils ont généralement disparu dans l’incendie criminel du château en 1798. Curieux…)

Séance du directoire du 5 juin 1793

« le citoyen Mollot expose qu’ayant été chargé de faire l’inventaire des avoirs de la maison religieuse du Betton et ayant vaqué pour ce 21 jours, l’administration provisoire lui a fait mandat en paiement de ses vacations d’une somme de quatre livres, monnaie de la république pour chaque jour, ainsi qu’il en conste de l’arrêt si du 6 mars dernier ; il demande un supplément de 6 livres, ou au moins de 3 livres 10 sols à cette taxe, eu égard que le département a déterminé dès lors que les vacations pour inventaire seraient payées sur le pied de 10 livres lorsqu’elles seraient faites sous déplacement.
Ouï le rapport et le Procureur général Sindic, le directoire passe à l’ordre du jour sur la demande du pétitionnaire, sauf à lui de se prévaloir du mandat qui lui a été livré.
»
1793 - AD073 cote L 1768 -  F° …

Juillet 1793

« Il résulte des procès verbaux auxquels ont procédé les citoyens Simon Mollot et Joseph Valliens, commissaires nommés par ce district pour l’estimation des biens ecclésiastiques et nationaux du canton de Chamoux et des parcelles qu’ils ont remises visées par les communes respectives dudit canton qu’il leur revient tant à eux qu’aux coopérateurs qu’ils ont pris - sans y comprendre les experts – pour les jours qu’ils ont vaqué, les sommes ci-après, savoir :

Au citoyen Simon Mollot commissaire pour 43 jours avec déplacement à 10 livres l’un, £ 430,00  
Au même pour quatre jours sans déplacement à 7,10 £ l’un £ 30,00 £ 460,00
- - - - - -    
Au citoyen Joseph Valliens, commissaire pour 45 jours avec déplacement y compris deux jours, pour la rémission des dites estimes à 10 £ £ 450,00  
Au même pour quatre jours sans déplacement à 7,10 £ l’un £ 30,00 £ 480,00
- - - - - -    
Au citoyen Perret coopérateur pour 12 jours sans déplacement à 7,10 £ l’un   £ 90,00
- - - - - -    
Au citoyen Jean Antoine Valliens pour six jours avec déplacement à 10 £ l’un £ 60,00  
Au même pour quatre jours sans déplacement à 7,10 £ l’un £ 30,00  £ 90,00
- - - - - -    
Au citoyen Gabriel Mollot pour quatre jours avec déplacement à 10 £ l’un £ 40,00  
Au même pour sept jours sans déplacement à 7,10 £ l’un £ 52,10 £ 92,10
- - - - - -    
Au citoyen Mollot Michel coopérateur pour quatre jours sans déplacement à 7,10 £ l’un   £ 30,00
Total    £ 1242,10


Le directoire du district, vu lesdits verbaux et parcelles et oui le Procureur Sindic, arrête qu’il sera expédié mandat de la susdite somme de douze cent quarante deux livres et dix sous en faveur des pétitionnaires, et que les parcelles visées par les communes du canton de Chamoux seront jointes audit mandat. »
1793 - AD073 cote L 1768 - F°381

« 31 juillet 1793
Le citoyen Savey commis par arrêté de district du 8 ce mois pour faire vendre conformément à la loi et en l’assistance d’un officier municipal des lieux respectifs le 20, [fustes] et denrées des ci-devant corps religieux mendiants qui existent rière le Bettonnet et Frèterive remet sur le Bureau les deux procès-verbaux qu’il a dressés à cet égard les 23 et 25 de ce mois, desquels il résulte que la vente par lui faite arrive à 300 livres ; il présente aussi l’état de deux jours de vacations faites pour cet objet.
Le district ouï le rapport, le P. S. et reçu les pièces, arrête qu’il sera donné ordre au citoyen Besson, trésorier national de recevoir dudit Savey la somme de 306 livres, et qu’il sera expédié mandat sur le trésor national en faveur du dit Savey de la somme de 20 livres pour les deux jours par lui vaqués, que ledit état sera joint audit mandat et les procès-verbaux remise à la secrétairerie
(sic) »
1793 - AD073 cote  1767 -  F° 497

Juillet-septembre 1793 :
Le citoyen Jean-Claude Perret du Bettonnet a été commis par les municipalités du Bettonnet, Montendry et Coïse pour les inventaires des Biens nationaux ecclésiastiques : il produit les certificat desdites municipalités des 18,19 20 août 1793 pour 33 jours de vacations.
1793 - AD073 cote L 1768 -  F°183

Que deviennent les religieuses ?

Elles semblent quitter l’abbaye, dont tous les biens passent à la nation, leur dot initiale comprise ; mais elles recevront en principe un « traitement », qui semble aligné pour tous les religieux quel que soit leur ordre : 700 livres par an pour les profès ; mais 350 livres par an pour que les convers : l’égalité sociale n’est pas de mise ! Et ce revenu est bien mince…

« Vu la pétition de la citoyenne Mariette Charbonneaux ci-devant religieuse au courant du Betton, renvoyée à cette administration pour annotation signée Lacombe, ladite pétition tend à obtenir le revenu annuel de 2800 livres, monnaie ci-devant Savoie qu’elle a constitué au ci-devant couvent du Betton lors de son entrée en religion, outre la somme de 1200 livres pour sa dot spirituelle ainsi qu’il est porté dans l’acte du 20 novembre 1780, Mollot notaire.
Il résulte des informations transmises que les citoyens Bertolus et Puget, commissaires nommés par le [revêtissement??] l’inventaire du couvent du Betton, que la dot de chaque individu lors de son entrée en religion était généralement fixée à 1260 livres ; et lorsqu’une somme plus considérable était livrée, la maison payait une pension viagère en raison du capital qui se trouvait acquis au couvent par le décès de la religieuse. Suivant cet usage, on voit clairement que la pétitionnaire a passé avec le couvent une rente viagère distincte de sa dot ; et si elle était réduite au traitement des autres religieuses, Elle n’aurait aucun [correspectif ?] de la plus ample somme qu’elle a constituée; et la Nation ferait à son préjudice le bénéfice du capital et des annuités stipulées audit acte.
Le district ouï le P.S. est conséquemment d’avis que le contrat Mollot notaire doit être observé quant à la pension viagère, et qu’il doit être payé annuellement à la pétitionnaire, outre son traitement de religieuse, la somme de 120 livres, monnaie de la république.
»
1793 - AD073 cote L 1768 - F°130

Septembre 1793

« Sur la pétition de la citoyenne Geneviève [La Noye], ci-devant religieuse à l'abbaye du Betton, le District, ouï le P. sindic, dit qu’il lui sera expédié mandat parle le trésorier de district de la somme de 175 livres pour le premier quartier de son traitement commencé le 8 juin, dernier jour de la sortie dudit couvent »
1793 - AD073 cote L 1768 - F°205

« Vue la pétition des citoyennes Jacqueline Franc. D’hauterive et Marie Antoinette Mollot, la première ci-devant religieuse de chœur et la seconde Sœur converse du ci-devant couvent du Betton, tend à obtenir le traitement qui leur est dû pour deux quartiers, dont l’un échu le 6 du mois, et l’autre en avance de cette époque ; ladite pétition renvoyée à cette administration par le département par annotation … au dos, date de ce jour, signée Ducoudray, pour être pourvu conformément à la Loi.
Le district, ouï le P. S. arrête qu’il sera délivré mandat sur le trésorier du district à la citoyenne D’hauterive pour deux quartiers de son traitement, dont l’un échu au six de ce mois et l’autre commencé à cette date à raison de 700 £ par an de la somme de 350 £ ; et à la citoyenne Mollot aussi pour deux quartiers à raison de 350 livres par an, de la somme de 175 £.
»
1793 - AD073 cote L 1768  - F° …
M.Antoinette Mollot  converse est entrée en religion le 17 déc 1769 - Ladou not

« du 14 septembre
Sur la pétition verbale de la citoyenne Marie Françoise Charbonnaud native d’Aiguebelle, ci-devant religieuse de l’abbaye du Betton, tendant à ce qu’il lui accordé mandat de la somme de 175 livres pour le second quartier de son traitement commencé le 6 du présent mois,
Le District ouï le P.S. arrête qui lui sera délivré mandat de la somme de 175 £ pour le second quartier de son traitement à raison de 700 £ l’année, commencé le 6 du présent mois à la citoyenne Françoise Charbonnaud selon sa demande
»
1793 - AD073 cote L 1768  - F°276

Cependant, l’argent de la Nation n’est pas distribué sans conditions.

« Séance du Conseil général du département du Mont-Blanc du 6 juin 1793, l’an 2 de la République française
Sur la motion d’un membre, le conseil général arrête que toutes les religieuses seront obligées, pour percevoir leur traitement, d’exhiber un certificat de civisme en forme légale
»
1793 - AD073 cote L 24  - F°…

Et bientôt, alors que la religion n’était pas encore poursuivie en tant que telle, on s’est inquiété de l’utilité des religieux. 9 juillet 1793 :

«Égalité, Liberté
Séance de l’administration du district en permanence du matin, 9 juillet 1793, an 2 de la République française
Le directoire du district considérant que le traitement des fonctionnaires du culte est payable par trimestre en avance dès le [15] juillet courant, arrête, ouï le P.S. que tous les curés et vicaires de ce district transmettront à ce directoire dans le terme de huit jours copie de leur verbal de prestation de serment, leur certificat de civisme et l’état de la population des communiers qu’ils desservent, certifié par chaque municipalité, pour liquider leur traitement conformément à la loi.
»
1793 - AD073  cote L 1767  - F°286

Par ailleurs, quand elles entraient au couvent, les religieuses pouvaient apporter avec elles quelques effets, objets et meubles personnels :

« Sur la pétition des religieuses de la ci-devant abbaye du Betton, le Conseil général, ouï le rapport du 2d Bureau et l’avis du Pr Gal sindic, arrête qu’il est loisible aux pétitionnaires de disposer en conformité de la loi du mobilier de leurs cellules et les effets qui auraient été à leur usage personnel exclusivement ; le tout quoi sera vérifié en présence de la municipalité du lieu. »
1793 - AD073 cote L 24  - F°…

Et puis elles sont parties…

« La citoyenne Marie Beaumond, native de cette ville, ci-devant religieuse de l’abbaye du Betton, logée dès sa sortie du couvent chez la citoyenne La Noye à Bissy, déclare vouloir se retirer dans la commune de Thone, district de Carrouge, auprès de Claude-Maurice Beaumond son frère qui est venu la prendre pour l’emmener auprès de lui.
L’administration du district ouï le rapport de ladite pétition et le P. S., après s’être assuré de l’identité de la personne de la pétitionnaire par le dire du citoyen Beaumond son frère et du citoyen Pierre Bertrand qui ont signé ladite pétition, accorde acte à ladite Beaumont de sa déclaration, autorise la municipalité de cette ville de lui accorder passeport pour se rendre audit lieu de Thone et arrête que ladite pétition sera insérée au registre.
»
1793 - AD073 cote L 1767  - F°147

Les cisterciens ont quitté la Combe. Les religieux ont-ils rejoint d’autres couvents, ou d’autres ordres après la période révolutionnaire ?

Juillet 1793
Le document ne dit pas à quel ordre religieux appartenait « la citoyenne Roberti ». Mais les Roberty vivaient à Ste-Hélène du Lac, l’abbaye avait déjà accueilli une des leurs ; une autre demoiselle Roberty épousa J. Graffion devenu veuf, entrant dans la longue série de seigneurs et dames du château de Chamoux.
Le cas de cette "citoyenne" nous intéresse aussi parce qu’il montre les limites de la bienveillance des autorités : à demande de traitement de faveur, réponse cinglante.

« La citoyenne Roberti demande une augmentation de traitement et dit que celui que la loi accorde aux religieuses n’est pas suffisant, eu égard aux infirmités donct elle est accablée, et à la quantité de remèdes qu’elle est obligée de prendre.
Le district ouï le P.S. est d’avis de passer à l’ordre du jour susdit ladite pétition, sauf à la pétitionnaire à s’adresser à la municipalité de cette ville pour demander une place à l’Hôtel-Dieu ou aux Incurables, où elle aura à meilleur marché les remèdes et soins qu’exige son état de maladie
. »
1793 - AD073 cote L 1767  - F°329

Septembre 1798
En revanche, Rose Charlotte Platzaert, ancienne religieuse du Betton, sans ressource depuis 2 ans, fut moins exigente... et mieux reçue: elle avait dû trouver les mots qu'il fallait !

À l’Administration municipale du canton de Chamoux
Rose-Charlotte Platzaert, octogénaire, née à Turin, habitant actuellement Haute-ville, étant actuellement sans aucune espèce de ressource pour subsister, depuis l’évacuation du Monastère du Betton, où elle était religieuse, vu que son grand âge et ses infirmités ne lui permettent pas de travailler, et multiplient ses besoins, et qu’elle n’a rien touché de sa pension depuis le dernier semestre de l’an 4, désire se retirer en Piémont au sein de sa famille, pour trouver les secours indispensables pour soutenir les derniers moments de sa malheureuse existence : elle ne doute pas que la permission lui en soit accordée, eu égard à ce que les circonstances ne permettent pas de lui supposer de vue contre-révolutionnaire, et que son séjour dans la République n’y entretient qu’une bouche inutile sous tous les rapports : elle vous invite en conséquence à lui donner votre avis favorable sur sa demande, à l’effet qu’elle puisse obtenir de l’administration centrale le passeport dont elle a besoin pour elle et sa servante.
Rose Charlotte Platzaert