1705 Travaux

On trouve à la suite dans les registres du Tabellion d'Aiguebelle : 2 prix-faits passés entre M. de Rochefort et des artisans locaux, pour une construction neuve  entre château et doyenné, et diverses réparations (commencées par Jacques Chesaz: l'histoire ne dit pas pourquoi Jacques Chesaz abandonné ce chantier, mais il est vrai qu'il était alors bien occupé).

Prix fait pour le seigneur Comte de Rochefort,
Baillé à Joseph [Renand ?] et Pierre Eynard Simonet, habitants de Chamoux

L’an mille sept cent et cinq, et le vingt deux du mois de mars par devant moi, notaire royal collégié soussigné, en présence des témoins bas nommés, personnellement s’est établi Noble Philibert de Chappel, Conseiller du Roi, Chevalier au Souverain Sénat de Savoie, Comte de Rochefort, et Seigneur de Chamoux, et lequel, de son gré, a donné à prix fait à honnête Joseph [Renand ?] et Pierre Eynard Simonet, tous deux maîtres maçons et habitants de la paroisse de Chamoux, jurant et acceptant pour eux et les leurs 
- à savoir :
- de continuer le bâtiment neuf commencé par maître Jacques Chiesaz, jusqu’à l’église du Doyenné, avec la même  [symétrie ?] sur le devant que celle qui a été faite par ledit maître Jacques, plus de continuer la muraille commencée dans la cour du château de Chamoux du côté des murailles jusqu’à l’angle du côté d’Aiton, plus de refaire les murailles des jardins et réparer les brèches des murailles du parc,
- et c’est pour et moyennant la somme de sept florins par toise de la muraille du bâtiment neuf qu’ils continueront et cinq florins la toise des autres murailles. Et la chaux et sable qu’il … qui leur sera rendue dans la cour de ? et à l’égard des pierres, ils seront obligés de les prendre où ils les trouveront ayant été convenu à l’égard du bâtiment neuf qu’ils doivent faire à côté de l’église, il leur sera mesuré la moitié du vide des portes et fenêtres ;
- laquelle besogne ils promettent de faire et parfaire [à dire] de maître et travailler auxdits ouvrages sans discontinuation à peine de tous dépens, dommages et … et sous l’obligation de leurs personnes et biens présents et à venir quelconques qu’à ces fins ils se constituent tenir par leur foi et serments prêtés,
- et lequel ouvrage le Seigneur de Rochefort promet leur payer  ou faire payer à mesure et à proportion qu’ils iront faisant ; et en outre de leur payer aussi un florin par toise de tout le [plattrillage ??] et deux florins pour chaque porte et de chacune des grandes fenêtres qu’il [forme, ferme ?] vont avec … dans le bâtiment neuf ci-dessus fait par ledit maître Jacques Chiesaz,
- ce que lesdites parties ont promis observer, le présent de point en point selon la forme et … chacun  en ce qui les concerne, aux mêmes peines et obligations et clauses de ce contrat requises que dessus, soumissions, renonciations et clauses requises,
- fait et prononcé au château de Chamoux, en présence de Mre Claude Tardy, notaire, C. Juré au Sénat, de Mre Claude   ? Bourgeois de Chambéry, et de Jean-François D’Alinge, témoins requis, ayant ledit Seigneur de Rochefort avec lesdits Mre Tardy et Blanchet signé sur ma minute, et non lesdits [Renand ?], Eynard Simonet, et l’autre témoin pour être illétérés, de ce enquis, et moi, Charles Chedal, notaire collégié soussigné, bourgeois de Moutiers,etc


Prix Fait pour qui dessus [Philibert de Chappel ] donné
au maître Claude [Cousterla ?] bourgeois d’Annecy

L’an mille sept cent et cinq, et le vingt deux du mois d’avril, par devant moi, notaire royal collégié, soussigné, et présents les témoins bas nommés, personnellement s’est établi noble Philibert de Rochefort, Comte de Sallin, Chamoux et autres lieux, Conseiller d’État et Chevalier d’honneur au Sénat de Savoie, et lequel de son gré pour lui et les siens, donne à prix fait à honorable Claude, fils de Jacques [Cartelaz] bourgeois d’Annecy, maître maçon ici présent et acceptant pour lui et les siens, savoir :
-  est de hausser la tournelle commencée par Mre Jacques Chiesaz jusqu’à la hauteur de douze pieds plus haut qu’elle n’est, faire une chemine [en chauffe creusée ?] dans l’endroit où il lui sera marqué avec une sonde de bois qui lui sera fournie, de même que les couvertes des portes, des fenêtres, plus de raccommoder les brèches dans les murailles du parc où elles lui seront maquées ; de plus, de faire des murailles de grange où elles lui seront aussi marquées ,
- et c’est pour ce moyennant la chaux et sable nécessaires : de cinq florins de la toise composée la … de huit pieds du pays de Savoie des murailles de [… les brèches] du jardin ; six florins la toise des murailles de la tournelle ;
- et venant à leur manquer des matériaux, ils seront à la journée dudit Seigneur de Rochefort pendant cet intervalle qui les fera travailler à d’autres ouvrages et leur payera leurs journées à raison d’un florin les maîtres et six sols les manœuvres quand le Seigneur les nourrira et deux florins pour chaque maître et un florin pour chaque manœuvre quand ils se nourriront, et au choix dudit Seigneur jusqu’à la St Michel,
- payable ledit ouvrage à proportion à mesure qu’il ira faisant, et pour lequel il lui avancera la somme de trente florins dès le moment que le père dudit maître Claude [Couterla ?] et les ouvriers seront arrivés, ou qu’il sera mis en œuvre, ce que lesdites parties ont promis et promettent d’observer chacune en ce qui les concerne, à peine de tous dépens, dommages et intérêts, et quant audit Seigneur de payer le susdit ouvrage au prix ci-dessus audit Maître [Couterla ?] sous l’obligation de sa personne et de tout et un chacun ses biens présents et à venir quelconques qu’il se constitue tenir, et de faire ratifier le présent par ledit Jacques [Couterla ?] son père dans la huitaine prochaine, et de travailler aux deux ouvrages sans discontinuations et le rendre bien fait et parfait ) dire de maître, le tout avec et sous toutes dues promissions, serment prêté par ledit [Couterla ?] et clauses requises,

- fait et prononcé au château de Chamoux en présence de Jacques Vibert des Maxime en Beaufort et de Jean-François Dalinge de la paroisse d’Alinge proche de Thonon, témoins requis ; ayant les parties signé sur ma minute et non les témoins pour être illétérés, de ce enquis, et moi, notaire royal soussigné qui ai le présent reçu de ce requis, et icelui dressé sur ma minute pour l’office d’insinuation ; l’ayant collationné, j’ai signé ; ainsi est.

C. Chedal, notaire

Recherche et transcription 11-2014 A.Dh.


Sources :
ADS en ligne Tabellion d'aiguebelle 1705.
1er texte : - Fo  105 (page 129/ 511)
2ème texte : Fo  106 (130/ 511)