1739 Réfection église

1739 : l'église a donc 40 ans, mais il faut déjà réparer, lourdement. La faute au charpentier? Il faut donc procéder au constat, avant de décider des suites à donner : c'est "l'acte d'état".

On note la présence de Pierre, fils de feu Jacques Chesaz et maître-tailleur de pierre à son tour, parmi les conseillers de la commune. On voit que, tout comme son père, il sait pour le moins signer.
On voit aussi que les murs étaient crépis à l'extérieur, et ornés de gypses.


Acte d’état de l’église et clocher de la paroisse de Chamoux,
pris à requête du scindiq et Conseil dudit lieu ensuite de la commission du Sieur Perrin,
subdélégué de l’intendance générale du dixième du courant

L’an mille sept cent trente-neuf, et le quinze juillet au lieu de au-devant de l’église de Chamoux, à huit heures avant midi, par-devant moi, notaire royal collégié de la ville d’Aiguebelle soussigné, et en présence des témoins ci-après nommés, ont comparu
- honorable Pierre, fils à feu Pierre Ramel, sindicq, Pierre fils à feu Jacques Chiesaz, Claude fils de feu Martin Perrier, Jean fils de feu Antoine Brun, et le Sr Joseph-François fils de feu M° François Deglapigny, Conseillers de ladite paroisse, tous natifs et habitants dudit lieu,
- lesquels ensuite du décret du sieur Perrin mis sur requêtes présentées au seigneur intendant général de Savoie le dixième du courant, portant ma commission pour prendre l’acte d’état de la nef de l’église et du clocher dudit Chamoux par le moyen des experts maçons et charpentiers assermentés par moi pris d’office, m’ont requis de précéder en conformité de ma dite commission et dudit décret,
- à quoi ad…, j’aurais pris l’état des réparations qu’il est nécessaire de faire, tant en maçonnerie qu’en charpente à ladite église et au susdit clocher comme ci-après, ayant auparavant fait prêter le serment
- en [cela?]  pas requis et représenté l’importance d’icelui et la peine qu’encourent les parjures,
- à honorable Enemond fils de Pierre Bergery natif de la paroisse de … en Dauphiné, maître charpentier,  et Laurent fils de feu François Lapierre, maître maçon natif de La Table, habitant, lesquels ont dit et déclaré chacun suivant sa connaissance comme ci-après,

- et premièrement ledit Laurent Lapierre maître maçon ayant visité le clocher de ladite église tant au-dehors qu’au dedans, a dit et déclaré que pour le mettre en bon état, il le faut tout garnir et recrépir en-dehors, et au-dedans il faut aussi recrépir en plusieurs endroits dix toises, lesquelles avec les soixante toises à quoi se monte tout le dehors, font soixante et dix, estimés comme ci-après,

- après quoi il aurait de même visité le dessus de la voûte de ladite église, laquelle de même que celle des chapelles et de la sacristie il faut abattre, refaire en entier à neuf, et lui donner son [plain rond] avec, son pied-droit* étant fendu et [entrouvert ?] en plusieurs endroits, ce qui est arrivé [à cause] de que dessus, par la grande quantité d’eau qui y entra l’année mil sept cent onze, et par la [plaie] des dégouts du couvert qui pour être trop courts, tombent sur le pied des murailles, ce qui a rendu lesdites fondations humides et a causé lesdites fentes,
- lesquelles voutes composent nonante toises aussi estimées ci-après, et pour faire les voûtes comme est dit ci-dessus et les rendre solides, il faut mettre des clefs avec des clavons à la tête des pièces de bois sapin qui doivent être placées dans le milieu de la muraille aux endroits où sont présentement les [sablières**?] hausser toutes les murailles de l’église, non comprises celles de la sacristie, de quatre pieds, faisant en tout vingt toises, y placer cinq clefs de fer de trente-un pieds de longueur, et deux poutres de vingt-trois pieds estimés à quatorze quintaux, le tout sur le pied ci-après ,
- lequel a encore déclaré comme dessus que pour réparer les corniches qui pourront se gâter par la chute de la voûte,
- et pour blanchir ladite voute et les endroits nécessaires à l’église, finir les chapiteaux qui sont imparfaits du côté du couchant, et pour garnir et recrépir en dehors aux côtés et dessus les grandes portes de l’église et faire la corniche en gypse il faut aussi la somme mentionné ci-après,

- et ensuite ledit Bergery maître-charpentier après avoir visité ledit clocher et ladite église aurait dit et déclaré ce qui s’ensuite : qu’il faut réparer les deux planchers du clocher : quatre douzaines de planches de châtaigner de sept pieds de long et d’un pied de travail, cinq poutres pour le plancher dessus, et deux pour le dessous aussi de châtaigner de quinze pieds de long et de dix pouces d’épaisseur ;
- et c’est autre/outre l’emploi et travail [désiré], conséquences de ce que dessus : hausser le couvert de ladite église de quatre pieds et pour ce faire aussi compris les ardoises, clous, parefeuilles*** et [bois] nécessaires, pour rendre ledit couvert [cré…], il faut aussi la somme ci-après, qu’il faut de même faire un avancement au couvert de l’église tout autour d’icelui de deux pieds, lequel ne déborde présentement que de un pied, ce qui porte un grand préjudice , et pour icelui, il faut cent vingt six [bouts] de bois de six pieds, un millier d’ardoises, outre la façon et les clous, le tout se montant à la somme désignée ci-dessous, et qu’il faut de même vingt douzaines d’ais pour les cintres desdites voutes pour les armer, et pour faire les ponts, outre les clous pour lesdites cindres, et les bois pour lesdits ponts, aussi estimés comme s’en suit, savoir :
- l’article premier du présent concernant les ouvrages à faire à maçonnerie au clocher, ont été estimés à quatre livres la toise, faisant lesdites soixante et dix toises la somme de deux cent huitante livres,
- l’article second portant d’abattre et refaire à neuf les voutes à la manière y spécifié a été estimé à vingt livres la toise, les nonante toises faisant par conséquent la somme de dix-huit cents livres les vingt toises,
- de l’article trois ont été estimés sur les mêmes pieds et le fer porté par icelui à cinq sous la livre, faisant en tous sept  cent cinquante livres,
- l’article quatrième a été estimé à deux cent trente six livres,
- les ais du cinquième à huit livres la douzaine, les poutres à une livre dix sous chacune, et la façon à trois livres dix sous la toise, faisant cinq toises, estimé le tout soixante livres ;
- l’article six à quatre cents livres,
- les trois du septième à cinq sous pièce, le pont des ardoises à six livres, et pour la façon les clous cinquante livres, faisant le total cent quarante-six livres,
- et finalement, les planches du huitième article ont été estimées quatre livres la douzaines, les clous vingt livres et cinquante livres les bois, se montant ledit article à cent cinquante livres,
- tous lesquels, à forme de ladite estime, faite par lesdits maîtres experts maçon et charpentier, se montent à la somme totale de trois mille huit cent vingt-deux livres, le tout quoi, sous les mêmes serments ils promettent soutenir en jugement et dehors en étant requis à peine de tous dams.

Fait et prononcé audit lieu en présence desdits sindicq et Conseillers desdits Ennemond Bergery et Laurent Lapierre, experts pris d’office, et d’honorable Christophe Pillet natif et habitant du Pontet, et de Joseph Savoye, natif et habitant dudit Chamoux, témoins requis, tous deux audit Chamoux , lesdits Chiesaz, Brun, et Deglapigny ont signé sur la minute; lesdits experts, et lesdits Ramel et Perrier illétérés,
- et moi dit notaire, ai le présent fait etc

Hector Feyge, notaire

On verra ci-après que ces lourds travaux ont fait l'objet d'un "appel d'offre", et de devis, où Pierre Chesaz concurut en vain.

Recherche et transcription A.Dh. 10-2014


Sources
ADS - Registre du Tabellion 1739 (en ligne) – Page 305 – Acte d’état de l’église


Notes
* pied-droit :  1°) partie latérale d'une porte, d'une fenêtre, ou d'un manteau de cheminée ; 2°) mur vertical supportant la naissance d'une voûte, y compris dans des tunnels
* sablière : poutre placée horizontalement à la base du versant de toiture, sur le mur de façade. On la nomme ainsi car on la posait sur un lit de sable, qui en fuyant, permettait à la poutre de prendre sa place lentement. (Wikipedia)
*** parefeuille : volige ?