1783 Degalis prêtre

20-8-1783
Août 1783. Jean-François de Gallis avait eu plusieurs enfants (7 ?), dont au moins quatre garçons. Son décès date de 1773 ; son fils Urbain-Claude mourut en 1775, majeur. Restait Antoine (devenu chef de famille), Charles-Joseph, et Joseph-Louis (« faible de corps »). En tant qu’héritier, c’est Antoine qui assumait la responsabilité de la famille.
Le voici donc préparant la carrière religieuse de son frère Charles-Joseph, ce qui ne va pas sans dépenses : avant d’obtenir « un bénéfice » qui le ferait vivre, il fallait dépenser pour le début de son parcours ecclésiastique.

Titre clérical fait par noble Antoine feu noble Jean-François Degalis
en faveur de noble Charles-Joseph Degalis, tous de Chamoux,
sous la caution de François Berthier

L’an mil sept cent quatre-vingt et trois et le vingt du mois d’août avant midi à Chamoux par-devant moi, notaire royal soussigné, dans mon étude et présents les témoins ci-après nommés,
- a comparu noble Antoine fils de feu noble Jean-François Degalis, natif et habitant de cette paroisse, lequel de gré pour lui et les siens désirant seconder les pieuses intentions de noble Charles-Joseph, fils dudit feu noble Jean-François Degalis, son frère aspirant au sacerdoce, natif de cette paroisse, habitant actuellement de la ville de Moutiers, ici présent et acceptant,

- lui a constitué ainsi qu’il lui constitue par le présent la pension annuelle de cent soixante-six livres, treize sols, quatre deniers, pour en jouir dès qu’il sera parvenu aux ordres sacrés du sous-diaconat [1], et jusqu’à ce qu’il soit pourvu d’un bénéfice suffisant pour son entretien ; laquelle pension sera payable année par année à commencer dès qu’il sera parvenu audit sous-diaconat,

- laquelle pension il affecte et hypothèque sur tout et un chacun ses biens présents et à venir, sous la clause de constitut, et spécialement la spécialité [en] dérogeant à la généralité :

- premièrement sur une pièce de pré située sur cette paroisse, lieudit « au pré barral » sous le numéro dix-neuf cent douze de la Mappe, de la contenance d’un journal et demi, qui se confine par la pièce de François Berthier du Levant, parcelle du St Jean-Joseph Lozat du Couchant, terre délaissée par noble Antoine feu noble Antoine Degalis de la tour part de la montagnne, et le Grand Fossé du Nord ; de plus, une pièce de pré située sur ladite paroisse lieudit « au Borrey » sous les numéros de la Mappe de ladite paroisse six-huit cent huitante-sept et dix-huit cent huitante-huit, de la contenance d’environ trois journaux ; qui se confine(nt) par la pièce de Jean Mugnier du Levant, celle des frères Berthier du Bettonnet dessous, par le pré du Sr Pittit du Couchant, et par le Grand Fossé du Midi ; de plus, une pièce de terre sur ladite paroisse, […] aux centres fixé sous les numéros de la Mappe dix-huit cent soixante-dix et dix-huit cent soixante-trois, qui se confine(nt) par la pièce de François Ramel dessus, celle verger et terre de Guillaume Bertholet du Levant, le canal du ruisseau de Chamoux dessous et le ruisseau de la Croix du Couchant ; de plus, une pièce de terre située sur la même paroisse, lieudit « Damoz la villar » sous le numéro deux mille cent dix-huit, contenant deux journaux qui se confine par le champ de Prosper Masson du Midi, par la terre du Sr Blanc de la Rochette du Levant, par celle de François Tiabaud du Couchant, celle du Sr Jean-Joseph Lozat du Nord ; de plus, une pièce de terre située sur la même paroisse, lieudit « au Nantet » sous le numéro deux mille soixante-neuf de la contenance de trois cent toises, qui se confine par la pièce du Sr Joseph Guillot dessous, le nant du Rafour du Couchant, celui du [Nantet] du Levant, terre du St Philibert Thomas dessus,

- [actes] desdites pièces leurs autres plus vrais et meilleurs [confins] par iceux procéder

- et en percevoir les fruits à défaut du payement de ladite pension annuelle, du revenu desquels biens ledit noble Charles-Joseph Degalis déclare être très instruit, et notamment ensuite de l’estime qui a été présentement faite d’iceux [participants] Charles fils de feu Sr Philibert Thomas, bourgeois natif de la ville de Montmélian habitant de cette paroisse, ici présent , qui déclare que lesdits biens rendent toutes dettes et charges prélevées, ladite somme de cent soixante-six livres, treize sols, quatre deniers, ainsi que ledit noble Charles-Joseph Degalis déclare d’ailleurs en étant très instruit ensuite des informations qu’il en a pris lui-même et qu’il en est [cert…] pour connaître les pièces et leur rente pour avoir été  élevé dans l’endroit,

lesquelles ledit noble Antoine Degalis maintient exemptes de tous troubles, dettes, laods, servis et autres empêchements de tout le passé jusqu’à ce jour, aux peines de tous dépens, dommages, intérêts, sous l’obligation et constitution de tous ses biens présents et à venir, et pour plus [d’assurance] du payement de ladite pension, à la prière et requête dudit noble Antoine Degalis, a comparu honorable François fils de feu François Berthier, natif et habitant de cette paroisse, lequel après avoir renoncé à tous bénéfices de division, d’ordre et de dissension, l’un des deux seul principal et pour le tout, l’effet de laquelle renonciation je lui ai expliqué, lui [a] rendu et lui rend par le présent pleige [2] continu d’icelui principal payeur et observateur, de tous les engagements par lui ci-devant contractés, sous promesse faite par le principal de relever sa dite caution de tout ce qu’elle pourrait souffrir occasion du prix, et laquelle pension sera imputable ainsi que les parties en sont restées convenantes, sur tous les droits que peut prétendre ledit noble Charles-Joseph Degalis, tant maternels – part d’augment 3] – qu’autres s’il en est le cas dans l’hoirie dudit noble Antoine Degalis,

- ainsi le tout convenu et promis observer par les parties chacune en ce qui la concerne, aux peines respectives de tous dépens, dommages, intérêts, sous l’obligation et constitution de tous leurs biens présents et à venir, et le tout fait et prononcé en présence de Joseph et Martin Vulliermet, tous deux natifs et habitants de cette paroisse, témoins requis, ce dernier ainsi que ledit Berthier m’ayant déclaré être illétérés.

- Les parties ayant refusé la note du présent

signé :

Antoine Degalis               Charles-Joseph Degalis
Thomas José     Vilarmet
(hésitant)            Vulliermet
marque + dudit berthier       marque + de Martin Vulliermet         

la présente contient rois pages et quatre cinquièmes
Simon Mollot notaire

03-2015 - Recherche et transcription A.Dh.


Notes
[1] Sous-diaconat : le sous-diaconat, comme premier des ordres majeurs, était l'occasion pour l'aspirant à la prêtrise de s'engager au célibat ecclésiastique et à la récitation de l'office divin : dès lors, le sous-diacre était engagé dans l’Église à jamais.

[2] Pleige : (De l’ancien français plege, de l’allemand pflegen) : Celui qui sert de caution ou de garant dans une transaction.
[3] Augment : Portion des biens du mari que la loi permettait de donner à l’épouse survivante ; pendant le mariage, le mari en jouissait comme des biens dotaux; la femme n'y avait droit qu'en cas de survie. Cet augment devint obligatoire au XIIIème siècle, pour permettre à la femme de s'entretenir suivant sa qualité


Source
ADS 6E 11827 (Minutes M° Mollot 1783)