1878 Visite past.

Mgr Vibert est encore venu en visite pastorale en 1856, en 1864, en 1872.
1878 : le nouvel évêque Michel Rosset "visite" Chamoux :  l'église a été
bien décorée : les Chamoyards l'ont enrichie de vitraux, ont poursuivi l'aménagement des rétables du transept.
On voit que deux écoles fonctionnent à Chamoux : les garçons d'un côté (instituteurs laïques), les filles de l'autre (au Clos des sœurs St Joseph).
L'évêque fait un rapide bilan démographique du bourg et des hameaux, et visite aussi les chapelles et le cimetière.

 

La Visite pastorale de 1878

L'an mil huit cent soixante dix-huit et le vingt-huit du mois d'avril, nous, Michel Rosset, Évêque de Maurienne, Prince d'Aiguebelle, Prélat assistant au trône pontifical , Noble et Comte [Romain?], etc, faisons savoir à tous ceux qui liront les présentes, et à qui il appartiendra, par la grâce de Dieu, et l'autorité du St Siège apostolique :

Nous nous sommes transporté hier vers les trois heures et demie de la paroisse de Villard-Léger où nous étions en cours de visite pastorale, à celle de Chamoux pour y faire aussi notre visite, et administrer la confirmation. Nous étions accompagné des Rds chanoines Hres J.V. Grisard, notre Vicaire général, et J.B. Martin, notre secrétaire chancelier.

M. le Comte de Sonnaz avait eu l'obligeance de mettre son équipage à notre disposition : cette attention délicate nous épargna le désagrément des mauvais chemins… Au village de Villardizier, un jeune homme, M. J. [Durbuis ?] nous pria de visiter la chapelle de l'Immaculée Conception et de donner notre bénédiction épiscopale, ce que nous fîmes à l'instant.

Remontant ensuite en voiture, nous arrivâmes près du bourg où M. le Curé (ratures : il y avait à côté MM (…) les curés de Chamousset,  Hauteville, Betton-Bettonnet, qui lui prêtaient depuis quelques jours leur concours pour disposer les fidèles aux grâces de la visite pastorale) nous attendait devant un gracieux petit oratoire  préparé pour la circonstance, avec les fidèles de la paroisse rangés en ordre de procession. Nous étions à peine agenouillé que la fanfare de Chamoux saluait notre venue par la brillante exécution d'un morceau de son répertoire. Après avoir prié quelques instants et baisé le crucifix qui nous fut présenté par le R Curé, nous nous revêtîmes de notre Rochet, de l'Étole et de la Chape, puis nous étant placé sous le dais porté par confirmants de cette année, nous nous acheminâmes vers l'Église précédé de la population groupée, au chant de l’Ant. Sacerdos et Pontifex*, du Cantique Benedictus et du son joyeux des cloches…

À la porte de l'Église, M. le Curé nous offrit l'eau bénite et l'encens. Arrivé près de l'autel, nous nous prosternâmes devant N.S.J.C. présent au très St Sacrement, le suppliant de féconder notre Ministère en cette paroisse, et après avoir accompli toutes les cérémonies prescrites en pareille occasion, nous donnâmes notre Bénédiction au peuple réuni. Notre Vicaire général monta ensuite en chaire pour annoncer le but de notre visite pastorale, l'heure, et l'ordre des cérémonies du lendemain.  L'allocution terminée, nous donnâmes la bénédiction du T.S.S. et procédâmes à l'interrogatoire des confirmants dont les réponses ont paru généralement bien satisfaisantes.


Le matin à 8h nous avons repris les Stes fonctions de notre Ministère dans l'ordre suivant :
- Prières et absoute pour les défunts, visite du Tabernacle, des vases sacrés, des Reliques, des Fonts baptismaux, des confessionnaux, des autels latéraux, de la sacristie, des linges et ornements destinés au culte divin :
- Sainte Messe à laquelle nous avons distribué la communion à environ 590 personnes ; plus de 216 personnes avaient déjà communié aux messes du matin.
- confirmation que nous avons administrée à cent dix enfants de l'un et de l'autre sexe.
Nous sommes ensuite monté en chaire pour adresser à la paroisse nos avis pastoraux et nous les avons résumés dans la crois que nous leur avons montrée comme le symbole de la puissance et de la Bonté de Dieu.

Durant le cours de notre visite, nous avons eu lieu de faire les observations, recommandations et ordonnances suivantes :

1°) Église : l’Église de Chamoux, sous le vocable de St Martin, Évêque de Tours, à 322 mètres d’altitude ; malheureusement un peu trop petite pour la population, remonte à une époque reculée.
La Date précise de la construction et de la Bénédiction ou consécration n’est pas connue.
Il y a trois autels, tous portatifs (barré : le maître-autel fixe et consacré) sous le vocable de St Martin, l’autel du Rosaire, et le 3ème dédié à St Joseph : les boiseries et les sculptures sont de MM Gilardi.

En 1864, la Commune et la Fabrique ont fait placer des vitraux ou grisailles dont la dépense s’est élevée à 700 fr.
La Commune a fait dresser en 1877 un plan et devis de réparation s’élevant à 12,600 fr somme couverte par un emprunt de 9,600 fr et 3,000 fr de subsides obtenus du Gouvernement.
La toiture, les planchers, les escaliers de la porte d’entrée sont achevés ; il reste à faire la voûte de la sacristie, le blanchissage et le raccordement des murs.

L’Église est dans un état de propreté parfaite.
Le Tabernacle doit être garni à l’intérieur d’une étoffe de soie blanche.
Les Fonts baptismaux sont convenablement tenus.
Les confessionnaux sont au nombre de deux dans l’insxxit ? de l’Église.

2°) Sacristie. Nous avons trouvé en Sacristie :

1- un ostensoir en argent ciselé, rayons dorés, acheté en 1828 au prix de 550#, couverts par une souscription.
2- deux ciboires, l’un en vermeil acquis en 1867 au prix de 350# ; l’autre dont la coupe seule est en argent coûte 79# ; 2 petites pyxides ( ?) pour St Viatique et trois ampoules pour les Stes Huiles.
3- trois calices tout argent, dont un vermeil, du poids 2615 grammes acheté en 1876, prix : 420. Le second, du poids 2420 gr ? prix 160 fr ; le 3e du poids 2400 gr. Prix 150 fr.
4- 2 croix de procession (60 fr), quatre encensoirs, quatre reliquaires sculpture dorée (70fr) ; 3 lampes – celle du maître-autel achetée en 1878 (60). Les 2 autres payées par Mme la Comtesse de Sonnaz.
5- 16 chasubles pour toutes les couleurs liturgiques, et 5 chapes, 2 blanches, 1 rouge, 1 violette, et 1 noire. Trois écharpes pour Bénédiction du St Sacrement ; 13 aubes ; 13 surplis ; 22 [?] ; 58 purifications ; 42 lavabos ; 20 nappes d’autel ; 24 corporaux ; 4 soutanelles et 12 surplis pour enfants e chœur ? Quelques-uns de ces linges et ornements semblent, après un bon service, avoir quelques droits légitimes à la retraite : nous rappelons aussi que le coton doit être banni des linges et ornements destinés au St Sacrifice, et à l’administration des Sacrements.

3°) Cimetière : insuffisant, non pourvu des divisions règlementaires, sans clôture convenable, le cimetière réclame des améliorations indispensables sous tous les rapports, à moins que l’on ne songe à créer un cimetière neuf qui réponde à l’importance de la paroisse…

4°) Chapelle rurales. La Paroisse de Chamoux possède trois chapelles rurales :

- la Chapelle de Villadizier, sous le vocable de l’Immaculée Conception, à 325 mètres d’altitude, bâtie en 1865 ( ?) par souscription, bénite en 1867 : elle possède un calice acheté en 1871 - au prix de175 fr couverts par une souscription – et un ornement blanc.
- la Chapelle de Berre, à 8 mn de l’Église, à 320 mètres d’altitude, sous le vocable de Notre Dame des Grâces ; vendue à la Révolution, cette chapelle a été restituée au culte par la famille Deglapigny ; clôture et marche-pied de l’autel à refaire ; elle possède un ornement blanc et un petit calice de style gothique ex æquo avec la Chapelle.

Ces trois Chapelles n’ont malheureusement aucun revenu fixe pour leur maintenance, ni ressources casuelles, sauf pour celle de Berre, quelques modestes offrandes déposées dans le tronc destiné à les recevoir.

5°) Confréries. La Paroisse de Chamoux compte quatre Confréries :

1- Confrérie du St Sacrement : érigée de temps immémorial ; profite de l’induit obtenu par Mgr : 31 agrégés (dont 1 hom. )
2- celle du Mont Carmel
3- celle du Rre, 325 agrégés dont 25 hom.
Ces deux Confréries érigées par Mgr Billiet le 14 septembre 1836, en vertu d’une Délégation spéciale de Sa S Grégoire XVI.
4- la Confrérie de l’Immaculé Cœur de Marie, affiliée par lettres du 26 février 1845 : 200 membres.

Toutes ces Confréries n’ont aucun revenu fixe.

6°) Population. D’après le dernier recensement de 1877, la population de la Commune de Chamoux s’élève à 1453 ; et celle de la Paroisse à 1421, parce que 32 personnes habitant au village de la Croix relèvent de la Paroisse de Bourgneuf.

Cette population se partage entre le Bourg et les villages dans les proportions suivantes :

1-Bourg : 745 habitants ;
2-Villardizier : 300 habitants ;
3- 1er Berre : 114 habitants ;
4- 2ème Berre : 54 habitants ; 
5- 3ème Berre : 122 habitants ;
6- Montranger : 33 habitants 

7°) Presbytère. Le Presbytère, suffisant et convenable, appartient à la Commune, qui l’a exhaussé d’un étage en 1842, et  consacré en 1870 : 600 frr à quelques autres réparations.
Nous avons trouvé au Presbytère les Registres des Actes de Baptême, de Mariage, de Décès. Un État des Âmes [commencé]  par le Rd Curé outre le Registre des Confréries. Le Registre des délibérations du Conseil de Fabrique ; le tout en bon ordre.
Le mobilier appartenant au Presbytère consiste : 1°) en une crédence / noyer payée 105 fr, placée à la cuisine 2°) une commode et une bibliothèque (bois) à la chambre de M. le Vicaire 3°) une bibliothèque (bois) dans le cabinet à côté de la chambre de M. le Curé.

8°) Fabrique. Nous avons fait examiner par notre Vicaire général les comptes de l’exercice 1877 et les Budgets de 1879 : ils ont été approuvés. Savoir : les Comptes en Recettes à 864 fr ; en Dépenses à 933 fr ; en ??? à payer : 69 fr .

Les Budgets en Recettes à 730 fr ; en Dépenses à 636#, les excédents à 94 fr.

9°) Écoles. La Commune de Chamoux possède deux écoles annuelles.
L’École des garçons est confiée à deux instituteurs laïques, mariés ; traitements, 1200 et 800 fr.
Est fréquentée par environ 135 enfants.

L’École de filles, établie à Chamoux depuis le 4-7-1839, est confiée aux sœurs de St Joseph, qui ont été reconnues en qualité d’institutrices publiques depuis le 1er janvier 1877. Les sœurs sont au nombre de 5, et tiennent trois classes, plus une classe libre (1200 plus la jouissance d’un clos appartenant à la Fabrique). Les deux écoles sont gratuites depuis le 1er septembre 1877.

10°) Réparations et acquisitions faites depuis la dernière confirmation 1872, 11 février :

a) les chambres du Curé et du vicaire plafonnées et blanchies :
b) Cuisine blanchie, salon d’été et salon d’hiver tapissés, 2 fenêtres faites:
La sacristie s’est enrichie :
a) de 4 aubes :
b) d’une chasuble rouge :
c) d’une chasuble violette, d’une verte et de deux noires, ensemble :
d) d’une chape blanche et de deux étoles pastorales, ensembles :
e) d’un calice en vermeil :
f) d’une lampe et de trois missels, ensemble :

150 fr
130 fr

130 fr
300 fr
300 fr
298 fr
420 fr
120 fr

Le tout payé par la Fabrique.
Avec le produit d’une souscription, on a acquis le tapis du maître-autel, payé : 55#


11°) Rd Denis Emery, né à Bonvillard sur Aiton le 28 mars 1831, prêtre le 18 juin 1859, est curé de Chamoux dès le 1er septembre 1869.

L’accueil qui nous a été fait, l’instruction des enfants qui nous ont été présentés pour la confirmation, le grand nombre de fidèles qui se sont approchés des Sacrements en cette circonstance, la tenue édifiante dans le lieu Saint, nous sont une preuve bien consolante, et du bon esprit  de cette excellente population, et du zèle du Pasteur.

Ainsi fait et signé à Chamoux, les jour, mois et an susdits, en présence des prénommés………

•  Messieurs Dutrait Ernest, maire ;
•  [Pierre Levi .. ?] ; Guillot Charles, greffier ; Vuillermet Pierre ; Simon Neyroud ;  Tournafond François ; [Métraux Édouard] ; Thomas Philibert ; Simon Jeandet ; [L ?? Joseph], tous membres de la Fabrique, et
•  [ ?] secrétaire de la Mairie,

2012, 2014 - Recherche et transcription A.Dh.


Lexique :
* Rochet : Tunique blanche descendant habituellement jusqu’au dessus des genoux et munie de manches étroites, il est souvent orné de dentelle à sa partie inférieure et au bas des manches. Le rochet est porté dans le chœur par le pape, les cardinaux, les évêques, les abbés et certains autres prélats ou chanoines. (http://www.eglise.catholique.fr)
* Chants : sur le déroulement d’une visite épiscopale, au XIXe siècle, lire (GoogleBooks) : Statuts et règlements diocésains par Mgr de Ramond-Lalande,Rodez 1825 ; sur les chants à l’entrée dans l’église voir p.327 : « en entrant dans l’église, on chante l’antienne Sacerdos et Pontifex et le cantique Benedictus »


Sources :
Archives diocésaines de St-Jean de Maurienne, Visites pastorales 1878