1847 fresques

La décoration à fresque de l’église de Chamoux par les frères Avondo en 1847
… et ce qu'il en advint

 

Cliquer pour agrandir (légendes ci-dessous)
St-Martin: fresques Avondo avant 1931 - photo Marius Neyroud  St-Martin: fresques Avondo en 1931 lors de la destruction des voutes - photo Marius Neyroud
A- Disparues avec la voute
B. Disparues avec la voute: en fait, il semble que les prophètes aient permuté avec les Docteurs de l’Église prévus, lesquels ont disparu lors de la destruction de la voûte.
C. Visibles aujourd'hui : elles avaient été redécouvertes sous un badigeon à la fin du XIXe siècle.
D- guirlandes
E- Visibles aujourd'hui : les prophètes Moïse, Aaron, David et Isaïe ont été redécouverts (1990) sous un badigeon
H. Visibles en 1931. Disparues ou badigeonnées tardivement : que faut-il penser? Voir les photos de Marius Neyroud.
 i. Disparues lors de la destruction de la voute.


Soumission des frères Laurent et Joseph Avondo, relative aux travaux à exécuter
pour les réparations, peintures et embellissement à l’Église de Chamoux

L’an 1847 et le huit du mois d’août à Chamoux dans la salle consulaire en présence du Conseil de cette commune, réuni aux personnes de MM. Pierre-François Ballly, syndic, Claude Plaisance vice syndic, Jean Masset dit Tarin, Jean-Baptiste Péguet, et François Maillet, membres du Conseil ordinaire de ladite commune de Chamoux. Avec l’intervention de Maître Marie-Joseph Ulliel, notaire.

Ont comparu les frères Laurent et Joseph, feu Jean Avondo, peintres et décorateurs nés et domiciliés à Varallo, Sesia, province de Novarre, lesquels agissant sous la clause solidaire, après due renonciation aux bénéfices de division, d’ordre et de discussion, clause à eux expliquée et qu’ils ont dit bien comprendre, se soumettent et s’engagent à exécuter l’ensemble et la totalité du plan de décorations et peintures dressé par eux pour l’Église paroissiale de Chamoux, en demeurant libres cependant de varier au besoin quelques décorations selon les règles de l’art, sans diminution de travail, comme aussi de faire le choix et la distribution des couleurs de manière à satisfaire l’œil dans tout l’intérieur de l’Église1.

Les couleurs employées seront les plus solides, et telles que l’action du mortier et de la chaux ne puisse aucunement les altérer.
Les quatre médaillons du chœur seront occupés par les quatre Evangélistes2 et leurs emblèmes   ; les quatre médaillons du centre de l’Église représenteront les quatre grands prophètes3.
Les 2 tableaux à placer aux côtés de l’Évangile et de l’Épitre seront occupés par des mystères de notre Seigneur Jésus-Christ, au choix du révérend recteur, et il n’y aura pas dans chacun des dits tableaux plus de 5 personnages, ni moins de 3 4.
Les décorations et [emblèmes] seront exécutés au clair-obscur en grisaille. Les couleurs vives seront employées très modérément, seulement aux arcs et aux [guirlandes] à placer aux pilastres, si toutefois cette portion de décoration n’est pas changée 5.

L’augmentation d’œuvre acceptée par le Conseil consiste :

1° faire occuper par un médaillon les 4 arcs à plein cintre qui dominent verticalement la corniche et les autels dans les chapelles latérales : ces 4 médaillons présenteront chacun un personnage choisi parmi les docteurs de l’Église ou les principaux saints 6. Il a été reconnu que le [dessin] des quatre médaillons ferait un [pénible contraste] avec l’ensemble des décorations.
2° à figurer un arc au sommet du chœur, attigu au centre de la voûte, dans les mêmes proportions que les autres de la nef, en y ajoutant un léger rideau ou draperie 7.
3° les deux statues en bois actuellement sur les murs latéraux de l’Épître et de l’Évangile, en fort mauvais état, seront enlevées 8 et remplacées par 2 autres statues au clair obscur 9, aux deux angles de l’autel.
4° il retouchera les emblèmes du Saint Esprit qui se voient au centre de la voûte de l’Église10, environné d’une assez belle le corniche [en stuc] qui sera conservée.
la façade de l’Église, reconnue être dans un état de dégradation sous plusieurs rapports, sera revêtue de quelques petits [ornements] en grisaille, analogues à ceux de l’intérieur 11.

Les 2 grands tableaux et les 12 médaillons du chœur, de la nef et des chapelles 12, seront exécutés à la fresque selon les règles de l’art.
Ils suivront les dispositions énoncées dans le détail estimatif 13 ci-joint, notamment les articles un et deux, pour ce qui concerne les lézardes.

Les travaux sus énoncés seront achevés en entier à la fin du mois d’octobre prochain, et pour la somme totale de deux trois mille et sept cents livres nouvelles, savoir : trois mille livres primitivement votées, et sept cents livres pour l’augmentation d’œuvre, dans laquelle somme totale seront compris tous les frais quelconques d’échafaudage ; et la commune ne devant être tenue à aucune corvée.
Laquelle somme totale de trois mille sept cents livres nouvelles sera acquittée savoir : dix sept cents livres neuves à moitié travaux faits, et le surplus, la moitié dans un an, et l’autre moitié dans deux ans ; toutefois les deux dernier payements n’auront lieu qu’après réception d’œuvre, le tout sans intérêts.

Le sixième article d’augmentation d’œuvre s’exécutera immédiatement, sous la surveillance du sieur Jean Masset dit Tarin.
6° à ce qu’il soit remplacé par un nouveau sablier, celui qui est maintenant détérioré au-dessus de la fenêtre du chœur Sud-Ouest
6° à ce qu’il soit remplacé par un nouveau sablier, celui qui existe maintenant détérioré au-dessus de la fenêtre du chœur sud-ouest.

Le présent sera transmis, ainsi que le dit devis et la délibération du sept du mois courant y relative, à M. l’Intendant pour son approbation.
Dont acte fait, lu et prononcé aux comparants qui signeront ci-après avec les dits membres du Conseil et le secrétaire.

Laurenzo Avondo,
Giuseppe Avondo,             Bally Synd. Masset dt Tarin,
            Peguet, Claude Plaisance, François Maillet,
                                                           Marie-Joseph Ulliel Secrtre


Remarque:
Les mots rayés ci-desssus le sont dans le compte-rendu d secrétaire M.J.Ulliel.
Les lettres (de A à J) renvoient aux repérages sur les photos ci-dessus
Notes:
1- Quand le tableau du maître-autel est rentré, réparé et nettoyé (2019), sa restauratrice Isabelle Moreau-Jouannet avait noté combien les bleus ardoisés révélés étaient en harmonie avec les décors des Avondo. Or, diverses églises (par exemple dans le Faucigny), tiennent un certain bleu dur pour « le bleu Avondo » : les fresquistes auraient donc modifié leur palette pour s’harmoniser avec les tons de notre église, le tableau particulièrement ?
2- A- Disparus avec la voute
3- B. Disparus avec la voute: En fait, il semble que les prophètes aient permuté avec les Docteurs de l’Église lesquels ont disparu lors de la destruction de la voûte.
4-  C. Visibles : ils avaient été redécouverts sous un badigeon à la fin du XIXe siècle ; les scènes représentent le Jardin des Oliviers et la Résurrection ; cf Pont de Beauvoisin, et surtout bien sûr, ND des Grâces de Varallo. Hélas, la restitution (1950) n’a pu sauver que la couleur prise dans l’enduit.
 6- E. Permutation : les prophètes Moïse, Aaron, David et Isaïe ont en fait occupé les chapelles ; ils ont été redécouverts (1990) sous un badigeon à la fin du XXe siècle  ? cf photos de Marius Neyroud, prises « tangentiellement »
  7- F.???
 8-  G. S’agirait-il des 2 éléments de Calvaire du XVIe siècle ? Ils semblent être passés sur la tribune avant l’Inventaire de 1906.
 9-  H. Disparus ou badigeonnés tardivement. Voir les photos de Marius Neyroud.
 10-  I. Disparus lors de la destruction de la voute. Voir les photos de Marius Neyroud ?
 11- J. Projet probablement modifié ; réalisation connue par des photos de Marius Neyroud et des cartes postales ; disparue lors de la destruction de la voute.
12-  Disparus (sauf les 4 des chapelles, redécouverts sous un badigeon à la fin du XIXe siècle, dégagés à la fin du XXe).
13- Ce « détail estimatif » n’est pas reproduit dans le registre.


Délibération par laquelle le Conseil ordinaire de la commune de Chamoux approuve le certificat
du 17 octobre 1847 signé Thomas, relatif aux travaux en réparations, peintures et embellissements
exécutés par les frères Avondo à l’église de Chamoux, et prévu par l’article 279 de l’instruction ministérielle du 1er mai 1840, concernant le payement de £n 1700 à compte desdits travaux

L’an 1747 et le 24 du mois d’octobre dans la salle consulaire à Chamoux, le Conseil ordinaire de cette commune réunis aux personnes de Messieurs Pierre-François Bally syndic, Claude Plaisance Vice syndic, Jean Masset dit Tarin, Jean-Baptiste Péguet, et François Maillet, avec l’intervention de Me Uliel secrétaire.

Lecture ayant été donnée au Conseil de l’article de 279 de l’instruction ministérielle du 1er mai 1840,
Vu le certificat du 17 octobre courant signé Thomas, prescrit par l’article précité,
Considérant que ce certificat est sincère et véritable,
Le conseil est d’avis unanime de l’approuver dans tout son contenu et d’autoriser par conséquent la délivrance du mandat de 1 700 livres en faveur des frères Avondo, à compter des travaux déjà exécutés et cours et en grande partie exécutés à l’Église de cette commune.
La présente délibération sera lue, publiée et affichée, et transmise, annexée par copie au mandat pré-cité à M. l’Intendant pour approbation d’icelui.

Bally Synd
Masset        Plaisance Claude        Peguet
Jh. Mamy,                     Ulliel Sre

Je soussigné secrétaire de la commune de Chamoux,
déclare que la délibération qui précède a été publiée
aux lieux et à la manière accoutumée le 24 octobre
1847, jour de dimanche.
       Chamoux le 25 octobre 1847
        Ulliel Sre


 


Délibération par laquelle le conseil de Chamoux adhère à la réception d’œuvres
des travaux à l’église de Chamoux faite par le sieur Falcoz

L’an 1847 et le 4 décembre dans la maison d’habitation de M le syndic à Chamoux, n’ayant plus siéger dans la salle consulaire faute de feu,
Le conseil double réuni aux personnes de MM. Pierre-François Bally syndic, Claude Plaisance vice syndic, Jean Masset dit Tarin, Jean-Baptiste Péguet, et François Maillet, conseillers ordinaires.
Et encore MM. Jean-Amédée Deglapigny, Joseph Dénarié mandataire de MM. Guillot Joseph, Ambroise Petit, membres du Conseil double, Madame Veuve De Laconnay, née Degallis et Joseph Mamy n’ayant pas paru, quoique dûment convoqués. Avec l’intervention de Me Ulliel secrétaire

Monsieur le syndic ayant mis sous les yeux du Conseil :
1° la demande faite par les frères Avondo, et prévue à l’article 280 de l’instruction ministérielle du 1er mai 1840 relative à la réception d’œuvre des travaux par eux exécutés en réparations, peintures et embellissements à l’Église paroissiale de Chamoux,
2° le décret de M. l’Intendant mis en bas de ladite demande, et pourtant commission à M. Falcoz géomètre, pour procéder à la dite réception d’œuvre, ledit décret en date du 13 octobre 1847
3° le rapport dudit sieur Falcoz portant réception d’œuvre des travaux donc s’agit, sous date du 28 novembre 1847, lecture des pièces susvisées ayant été donnée,

Considérant que le procès-verbal de réception d’œuvre à laquelle il a été procédé par le dit M. Falcoz ledit jour vingt est sincère et véritable,
Considérant que tous les travaux en réparations, peintures et embellissements exécutés prescrits et détaillés, soit dans le détail estimatif dressé par le géomètre Thomas en date du 12 avril 1847, soit dans la délibération du Conseil du sept août suivant, et adjugés aux frères Avondo Laurent et Joseph par acte de soumission du huit dudit mois d’août ont été exécutés avec satisfaction,

Ledit Conseil a été unanimement d’avis d’approuver et de confirmer la réception d’œuvre faite par ledit M. Falcoz en tout son contenu, et de déclarer qu’il ne s’oppose aucunement à ce qu’il soit payé auxdits frères Avondo aux termes de leur soumission les 2000 livres nouvelles pour final solde de leur entreprise, déduction faite des 1700 livres neuves déjà acquittées.
En invitant toutefois les créanciers qui auraient quelque répétition   à faire contre lesdits entrepreneurs Avondo pour travaux, fournitures ou autre indemnité, de présenter dans le délai de huit jours leur réclamation à l’Intendance de la province.

Ainsi délibéré les an et jour que dessus, et sera la présente lue, publiée, affichée est soumise à l’approbation de l’Autorité supérieure compétente.

Bally, Synd.
Claude Plaisance        Deglapigny
François Maillet            Peguet         Petit

Je soussigné secrétaire de la commune de Chamoux
déclare que la délibération qui précède a été publiée
et affichée au lieu et de la manière accoutumés le
5 décembre 1847, jour de dimanche.
          Chamoux le 6 décembre 1847
           Ulliel Sre


nov. 2020- Recherche et transcription A. Dh.


Sources:
- les 3 textes sont tirés des Délibérations du Conseil communal de Chamoux 1847 (AD073, 238E dépôt 16)
- les 2 clichés sont très probablement de Marius Neyroud : un tirage original de la photo de la fête dans l'église est déposé aux AD073. On recherche le tirage des clichés réalisés pendant les travaux de 1931-32 : nous ne disposons que de photocopies. Travailler sur l'original permettrait d'en savoir plus sur ces fresques disparues, actutellement à l'étude.