1887 Visite past.

Rien de très nouveau en 1887 - mais des réparations, à l'église (clocher, toiture) et au presbytère. Et un aperçu d'une question qui anima les esprits à l'époque : la question du "respect humain".

La Visite pastorale de 1887

8-5-1887

L'an mil huit cent quatre-vingt-sept et le huit du mois de mai, Nous, Michel Rosset, par la grâce de Dieu et l’autorité su St Siège Apostolique, Évêque de Maurienne, prince d’Aiguebelle, Prélat de la Maison du Pape, Assit. au trône pontif., comte romain,  Nous Nous sommes rendu hier de la paroisse de Villard-Léger à celle de Chamoux.
Nous étions accompagné de M.M. Martin Bellet, chan., notre vic. Général, J.Fr. Alb. Brunet, Chan. Hon., notre chancelier. Mme la Comtesse de Sonnaz avait bien voulu mettre son équipage à notre disposition.

La 1ère réception ne put avoir lieu à cause du mauvais temps.
Après la seconde réception, c. à la porte de l’église où nous fûmes accueilli par M. le Curé archipr. De Chamoux et son vicaire, par M.M. Buttin, curé de Bettonnet, A. Bressans curé de Châteauneuf, qui avaient prêté leur concours à M. le Curé afin de préparer les fidèles aux grâces de notre visite, Nous avons solennellement béni le peuple. Notre vic. génér. exposa aux fidèles le but de la visite épiscopale. Nous interrogeâmes ensuite et fîmes interroger les personnes présentées pour la confirmation ; les réponses d’un certain nombre de garçons ont été bien satisfaisantes ; les autres ont pu être admis ; les filles en général ont bien répondu.

Ce matin, nous avons fait les prières pour les défunts, visité l’église et ce qui regarde le culte divin. À la Ste Messe, Nous avons distribué la Ste Communion environ à 235 personnes ; 169 avaient déjà communié dans la matinée. Nous avons administré le Sacrement de Confirmation à 126 personnes. M.M. Buttin, curé de Bettonnet, Louis Thomas Clore, Michel Voiron, Joseph Meynier, Victorin Gellon prof. au G.S. S.J. Mau.* ont assisté à la cérémonie.
Dans nos avis past. Nous avons démontré que le respect humain* est une ignominie, un crime, un parjure, une trahison et nous avons indiqué les remèdes à ce mal.

Dans notre visite, nous avons fait les observations suivantes :
- l’église et ce qui est à l’usage du culte divin sont tenus avec soin ; M. le Curé fera quelques modifications au confessionnal de la sacristie, aux pierres sacrées de deux autels, et fera placer une petite croix au-dessus des ampoules des Stes Huiles.
- Les livres et documents paroissiaux sont en ordre.
- Depuis notre dernière visite, ont été faites les acquisitions et réparations suivantes :
grosse cloche refondue : (raturé) déjà 400# ; dais : 300# ; linge (ou lampe ?) : 200# ; chasuble : 30# ; réparations au clocher et à la toiture de l’église : 120# ; réparation des chandeliers et de l’ostensoir : 200# ; réparations au presbytère : 60#.

M. Denis Émery, né à Bonvillard-sur-Aiton, le 28 mars 1831, ordonné prêtre le 18 juin 1859, installé en qualité de Curé de Chamoux le 1er septembre 1869, a été nommé archiprêtre le 11 Xbre 1877.
M. Antoine Curtet, né à Villaroux, Diocèse de Chambéry le 23 juin 1856, ordonné prêtre le 22 mai 1880, a été installé en qualité de vicaire à Chamoux le 1er juillet 1881. 

Ainsi fait et signé, au Presbytère de Chamoux, le 8 mai 1887,

   signatures

Recherche et transcription A.Dh.


Notes
* peut-on lire : professeur au Grand Séminaire de St-Jean de Maurienne ???
* respect humain : cet emploi très particulier du concept de respect est d’abord très surprenant ; on peut le rapprocher de ces propos du curé d’Ars (mort en 1859) dans un sermon : « Oh ! maudit respect humain ! (…) je vous montrerai combien le respect humain, c'est-à-dire la honte de faire le bien, outrage le bon Dieu.» Nous parlerions peut-être plutôt de « peur du qu’en dira-t-on » ? Ce souci du regard de l’autre devient une faute lorsqu’il devient excessif, et conduit à sacrifier des valeurs supérieures, par lâcheté, par intérêt, par égoïsme… Ainsi compris, le « respect humain » a été une préoccupation de Mgr Rosset, mais aussi de nombreux autres prélats à la fin du XIXe siècle, et au début du XXe siècle.


Sources
Les comptes-rendus des Visites pastorales sont conservés et consultables à la Bibliothèque diocésaine de St-Jean de Maurienne (sauf celle de 1571 aux A.D.S. à Chambéry).
Renseignements : http://bibliomaurienne.canalblog.com/