Cimetières

Longtemps, le cimetière a entouré l'église, créant bien des difficultés au curé : on le traversait trop facilement pour aller d'une maison à l'autre, les animaux y divaguaient… l'évêque avait beau fulminer, le curé pouvait bien faire poser des portillons, les choses n'allaient guère.

(voir les comptes-rendus des Visites pastorales dans Patrimoine > Sanctuaires >Textes à l'appui)

Puis l'évêque s'inquiéta de la place des enfants - et particulièrement de celle des enfants morts sans baptême, à qui il fallait un lieu réservé.
Le 6 mai 1874, on voit M. Fantin, adjoint au Maire, qui faisait souvent des travaux pour la Commune, poser des portes au cimetière des enfants morts sans baptême, à l'entrée de la cour Déplante (à l'angle du jardin de M. Thomas)1

Finalement, en 1884, l'aménagement d'un nouveau cimetière est décidé, à faible distance du village, avec la participation financière de la Comtesse de Sonnaz : voir Cimetière 1884.


Sources
• ADS, série 2 O. Recherche Élisa Compain