Fief du Betton

Avant de procéder aux affranchissements, il fallait bien définir officiellement les fiefs, dont les preuves avaient souvent disparu (Lesdiguières aurait d'ailleurs dispersé les documents - terriers… qui faisaient preuve pour le Betton).
il fallait donc procéder au consignement des fiefs

Procuration spéciale passée par Référende Dame Marianne Chollet du Bourget
Abbesse de la Royale Abbaye du Betton et les autres Dames Religieuses d'celle
à Me François Pichon notaire collégié habitant à Chambéry

L'an 1772 et le 26 du mois d'août sur les 11 heures du matin au lieu du Betton dans le parloir de cette présente abbaye par devant moi Joseph Mollot notaire collégié soussigné et en présence des témoins en fin nommés, se sont établies et constituées en personne :
Révérende dame Marianne Chollet du Bourget, abbesse de la présente abbaye
Révérendes dames Françoise [Truffon], Françoise-Valentine Sarde de la Forêt, Jeanne Richard de St-Real, Jeanne Louise de St-Ange, Claudine Sarde de la Forêt, Anne-Marie Sarde de Candie, Rose Charlotte Platzaerd, Lucie Platzaerd de Sassy, Louise de Saint-Michel, Marie-Françoise de Saint Michel de Chamoisy, Péronne Andréanne de Blancheville, Charlotte LeBlanc, Catherine de Megève, Victoire Ferdinande de Martinel, Marie Jacqueline du Bourget, Jeanne Marie Marguerite Ducol, Françoise Charlotte de Voglans du Bourget, Marie Charlotte de Chamousset, Jacqueline Françoise d'Hauterive, Marie-Louise Amélie [Demoraz] de Candie, toutes Religieuses professes de la présente abbaye, composant icelle.

Lesquelles de gré capitulairement assemblées au son de cloche à la manière accoutumée pour profiter de la restitution en temps et en entier accordée par Sa Majesté à forme du Manifeste de la Royale Chambre des Comptes du 30 décembre dernier, font, constituent et députent pour leur Procureur spécial et général, l'une des qualités ne dérogeant à l'autre ni au contraire, Me François à feu Amédée Pichon notaire collégié commissaire d'extentes, absent ; moi dit notaire pour lui présent, stipulant, et acceptant, le tout sous due élection de domicile.
Et c'est pour et au nom desdites Révérendes Dames constituantes, se présenter par devant le sieur Jean-Baptiste Léger commissaire archiviste de Sa Majesté, à l'effet de donner le consignement prescrit par l'édit du 15 avril 1734, de faire pour ce regard tout ce qui sera requis et nécessaire de la part de la présente abbaye, de [obliger? aberger?] les Biens d'icelle, tout ainsi et de même que lesdites Révérendes Dames feraient si présentes et en personne elles y étaient, quoique le cas exigerait un mandat plus spécial qu'il n'est ici exprimé. Avouant, approuvant, et ratifiant dès à présent comme pour lors tout ce qui sera fait pour ce regard par leur dit Procureur constitué, lequel elles promettent de relever de toutes les charges, occasion de la présente, aux peines de tout dépens, dommages et intérêts, à l'obligation des biens de ladite abbaye qu'elles se constituent tenir sous les autres clauses requises.
Fait et prononcé au parloir de ladite abbaye en présence de Me Charles, fils de feu Jean-François S… commissaire domicilié en cette abbaye, domicilié de la ville de [Cove] en Piémont et de Michel fils de François Frary de la Trinité, domestique en cette Abbaye où il habite, témoins requis en présence desquels j'ai remis auxdites Révérendes Dames la note du présent pour satisfaire au règlement.
Vient trois livres pour le droit insinuation.
Les parties et témoins ont signé avec moi notaire, qui ai écrit la minute du présent.
Joseph Mollot

cote 2C 2175 F° 599 p.155/403

Janv 2020 - Recherche et transcription A.Dh.


Source : AD073