Inventaire papiers

Inventaire des lettres, titres etc du délaissé de Joseph "Dalbert"

Après l'inventaire du mobilier, arrive la liste des archives ; Simon Mollot avait prévenu, avant une brève pause :

Et ayant ensuite procédé à la recherche des titres et papiers que nous aurions trouvés, nous avons observé qu’il y en avait beaucoup d’inutiles ; et l’on a en conséquence procédé à la visite, lecture et séparation des plus utiles etc, eu égard que ledit citoyen Bertholet se trouve obligé d’aller à Chambéry, et que nous nous trouvons tous dans le cas de nous occuper des affaires pressantes.

Voici donc ce que les experts ont retenu : c'est un peu long à nouveau, mais ce n'est pas sans intérêt !

Continuation de l’inventaire ci-devant

L’an six de la République française et le 28 frimaire, par-devant moi, Simon Mollot, notaire public soussigné, et en présence et assistance des citoyens Joseph Deplantes, agent municipal de cette commune, et du citoyen Pierre Bertholet gardiateur, il a été procédé à la continuation de l’inventaire du délaissé par défunt  Joseph Dalbert conformément au verbal de renvoi du 22 du courant.  Et m’étant fait exhiber les lettres qui étaient contenues dans une petite caisse de bois et dans un coffre, nous aurions trouvé :
- un ascensement passé  par Joseph Dalbert à Paul Borrel du 1er décembre 1760, Mollot notaire, coté numéro 1 ;
 - albergement en faveur de Joseph Maillet passé par Joseph Dalbert du 14 mai 1762, Mollot
notaire, coté numéro 2 ;
- quittance pour Simon-Antoine Dalbert passée par François Lavennaz du 7 mars 1790, Puget 
notaire,  coté n° 3 ;
- rente constituée passée par  Jean-François Dalbert de Montendry en faveur d’Antoine Rambert du Villard du 9 mai 1790, Claude Sr Martin notaire, coté numéro 4 ;
- contrat de mariage dudit Joseph Dalbert et Marie-Cécile Didier du 15 juillet 1748, Clément
notaire, coté numéro 5 ;
- partage d’entre Marie-Cécile, Marie-Josephte et Claudine Didier du 7 novembre 1772, Chabert
notaire coté n° 6 ;
- extrait de testament et codicille de Simon Didier de Saint-Michel, avocat au Sénat, des 12 mars et 12 mai 1771, [non signé], coté numéro sept ;
- partage d’entre Joseph Dalbert,  en qualité de mari et constitutaire de Marie-Cécile Didier du 5 janvier 1779, Guymoz notaire, coté numéro huit ;
- augmentation de dot faite par Spable Simon Didier à Cécile Didier et Joseph Dalbert du 4 juin 1771,  Chabert notaire, coté numéro neuf ;
- autre augmentation de dot de Marie-Cécile Didier à Joseph Dalbert portant quittance  en faveur de Marguerite Astesan veuve Didier du 7 décembre 1771, Chabert notaire coté numéro ?;
- département en faveur des sœurs Didier par Marguerite Astesan veuve de Simon Didier du 18 septembre 1772,  Chabert notaire, coté numéro 11 ;
- autre contrat de partage d’entre Marguerite Astesan veuve de Simon Didier, marie-Cécile, Marie-Josephte et Claudine filles dudit Simon Didier, la première épouse de Joseph Dalbert,  la seconde de George Truchet, du 7 novembre 1772, Chabert notaire, coté numéro 12 ;
- contrat dotal de François Graffion  et Marie-Marguerite Dalbert du 15 décembre 1772, Ladouz notaire coté n° 13 ;
- rentre constituée pour Jean Brun contre Joseph Dalbert du 24 avril 1762, Vallien notaire, oté numéro 14 ;
- procuration générale passée par Joseph Dalbert à Simon-Antoine Dalbert du 20 octobre 1783, Mollot notaire, cote numéro 15 ;
- émancipation de Simon-Antoine et Jean-François Dalbert du 19 mars 1784, Falquet  notaire,  coté numéro 16 ;
- procuration spéciale passée par Joseph Dalbert à Simon-Antoine Dalbert de Chamoux pour l’affranchissement de ses fiefs du 12 juin 1786, Mollot notaire, coté numéro 17 ;
- quittance de Révérend don Jean-Baptiste Jacques prieur de la Chartreuse d’Haillon (Aillon)  de la somme de 2000 livres du 4 décembre 1777, Chabert notaire, cotée numéro 18 ;
- acquis pour le Seigneur Comte de Rochefort contre les communiers de Champlaurent du 19 novembre 1691, Tardy notaire, coté numéro 19 ;
- albergement en faveur du Baron de Monfort contre Claude François Rivet de Montendry du18 novembre 1741, Delaconche notaire signé Vacherand notaire […] coté numéro 20 ;
- albergement en faveur d’Antoine Christin, François Christin et Jean-Antoine Taborin de Montendry passé par Joseph Dalbert du 21 juin 1749, Ladouz  notaire, coté numéro 21 ;
- albergement en faveur de François Christin ; Jean-Antoine Rigolet Taborinet Jean-François Rigolet Taborin  du 4 juillet 1741, Ladouz notaire, coté numéro 22 ;
- abergementl en faveur de François Grollier de Montendry, passé par le Baron de Monfort du 1er novembre 1741, Delaconche  notaire,  signé par commission Vacherand notaire,  coté numéro 23 ;
- quittance et cession faite par Jean-François de Montendry en faveur de Simon-Antoine Dalbert son frère du 28 février 1791, Amphoux  notaire, coté numéro 24 ;
- promesse relevetoire faite par Claude-Marie Carron en faveur de Simon-Antoine Dalbert du 9 mars 1791, Amphoux  notaire,  coté numéro 25 ;
- transport portant quittance passée  par Simon-Antoine Dalbert en faveur des […] veuve le Borgne fils  et Brunier du 9 mars 1791, Amphoux  notaire,  coté numéro 26 ;

De plus, les deux titres ci-après qui étaient restés entre les mains du citoyen Simon Mollot, savoir :
- la libération en faveur de Simon-Antoine Dalbert faite par Joseph Dalbert de Chamoux du 1er mai 1789,  Mollot notaire, coté numéro 27 ;
- testament de Joseph Dalbert du premier [blanc] 1789, Mollot notaire, coté numéro 28 ;

- de plus une sentence en faveur dudit Joseph Dalbert contre Antoine Grollier de Montendry rendue par le ci-devant juge-maje de Savoie en date du 8 juillet 1775, par laquelle ledit Grollier a été condamné suivant son offre au payement de 15 années de censes […] à la saint-André l’an dernier à raison de 6 carte d’avoine et 6 [gra…] par année  en conformité de l’albergement du 12 janvier, l’an dernier, Mollot notaire ; avec la requête qui le précède cote [même] 29 ;
- ascensement privé passé par Joseph Dalbert à Joseph-François Tronchet du 14 mars 1779, au bas duquel ledit Dalbert a signé ; et Noël Gay  et Jean Fantin ont signé comme témoins ; et le ledit Tronchet  y a fait sa marque ; cote numéro 30 :
- ascensement passé par Joseph Dalbert à François [Diperrier], Antoine Aguettaz et Christophe Perroud du 20 mai 1759,  Mollot notaire,  cote numéro 31 ;
- - Conventions d’entre Joseph Dalbert et Joseph-François Tronchet par laquelle celui-ci se chargeait the lui bâtir une maison au Verney en date du 23 juillet 1776, au bas duquel ledit Tronchet a fait sa marque, et ledit Dalbert a signé de même que Jean Brun  et Guillaume Pavillet, ces deux derniers comme témoins ; cote numéro 32 ;
- de plus, reçu privé du 20 février 1782 par lequel feu Astesan veuve Didier a confessé avoir reçu de madame Dalbert la somme de 120 livres pour la [cense échue ?] le 30 août l’an dernier à elle dûe par M. Graffion pour contrat de rente du 30 août mais c’est 178, [Pache] notaire, et a déclaré avoir aussi été payée de censes précédentes de sa dite fille, et avoir de plus reçu d’icelle  25 livres pour la cense  d’une  année échue le 3 janvier 1780, portée par contrat du 5 janvier 1779, Gaymoz  notaire ;  et au bas a été signé Astesan Didier ;  au bas susdit,  reçu.  Il y en a un autre de la même, de 120 livres pour la cense d’une année échue à la saint-André l’an dernier, en date du 30 août 1783, signée Astesan  Didier, le tout,  cote numéro 33 ;
- conventions privées passées d’entre Joseph Dalbert et Dominique [Corneri] par laquelle celui-ci s’est chargé de la recherche et poursuite des laods qui pouvaient lui être dûs à cause de son fief dudit Chamoux rière Montgilbert, Aiguebelle, Rendens, Bonvillaret et Aiton,  pour le bénéfice du quart, au moyen duquel il s’est obligé de faire toutes les avances sans  répétition,  en date du 3 novembre 1788, au bas de laquelle lesdits Dalbert et [Corney] ont signé, de même que Simon Mollot et François Neyrod, ces deux derniers comme témoins ; cote numéro 34 ;
- de plus un reçu privé sur papier blanc par le quel ledit Baron de [Truche] et légitime administrateur de Marie-Josephte Didier à confessé avoir reçu de Simon Dalbert 344 livres un sol neuf deniers, dont il était débiteur pour exactions par lui faites de M° Amphoux d’une part, d’Anselme Pettit - soit du nommé [terme] d’autre part, et de M° Audrevon aussi d’autre part ; icelui en date du 29 mars 1789, signé Baron de Truche], cote numéro 35 ;
- un mandat de 120 livres fait par Dalbert père et Laurent Durand et Laurent André à devoir être payé à Laurent Milan pour plein payement de ce qu’il devait à ce dernier en date du 4 juillet 1787, signé Dalbert père ; au bas duquel il a quittance en deux fois de ladite somme de Laurent Milan du 27 décembre 1787 et 16 [blanc] 1788, toutes deux signées Laurent Milan, cote numéro 36 ;
- ascensement privé passé par Simon-Antoine Dalbert à Joseph-François Tronchet de Chamoux des biens y mentionnés pour le terme de neuf ans pour le prix et somme de 77 livres,  10 sols, payable à la Saint-André de chaque année sous les plus amples conditions y désignées, en date du 12 août 1788, au bas duquel ledit Tronchet y a fait sa marque,  signé de Chamoux, de même que François Brun et Pierre Jandet présents ; cote numéro 37 ;
- ascensement privé passé par Joseph Dalbert à François Peguet et Martin Deschamps,  d’un filon de cuivre situé sur Montgilbert pour un terme de neuf ans, sous la cense du cinquième du prix qu’ils en retireront ; en date du 6 avril 1778,  au bas duquel lesdits Péguet et Deschamps ont fait leur marque, et ledit Dalbert a signé de même que Plaisance  et Hoddet, c’est deux derniers comme présents ; cote numéro 38 ;
- billet passé à Hector Viviand négociant à Chambéry par Jean-François fils de Joseph Dalbert de Montendry de 1000 livres pour prix des marchandises à lui vendues en date du 17 ; janvier 1789, signé par extrait Joseph Armenjon secrétaire insinuateur ; en fin duquel billet est le solvit* fait par ledit Viviand à Simon-Antoine Dalbert du 10 mars 1791, de même que le solvit d’un autre billet de 300 livres du 1er février dernier, et pour les intérêts dudit premier capital jusqu’audit  jour, au bas duquel ledit Hector Viviand a signé de même que [… Boisset] et Dominique Amphoux ; cote numéro 39 ;
- ascensement passé par Joseph Dalbert  Joseph Caillet, Jean Dixmier, Antoine Aguettaz d’une pièce de terre pour le terme de trois ans, sous la cense annuelle de 30 livres, en date du 4 juin 1768, au bas duquel lesdits Caillet, Dimier, et Aguettaaz ont fait leur marque ; et ledit Dalbert a signé, de même que Hodet et Salomon comme témoins ; cote  numéro 40 ;
- de plus un reçu privé sur papier blanc par lequel le nommé d’Artenaz a confessé avoir reçu du Baron de Chamoux  200 livres pour la pension viagère qu’il lui doit échue, sans préjudice de la courante, icelle en date du 10 mai 1790,  cotée numéro 41 ;
- un billet privé par lequel le citoyen Cornery a confessé devoir au Baron de Chamoux la somme de 70 livres pour cause de présent tout compte restant nul qu’il promet payer à la foire [grasse]  de  1790,  icelui en date du 1er décembre 1789 signé Cornery et Maurice Brunier présent ; coté numéro 42 ;
- une parcelle des patrocines* et avances faites par le citoyen Dominique Amphoux pour Simon Dalbert comme donataire de son père arrivant en patrocines à 437 livres cinq sols, en déboursés à 468 livres cinq sols,  ce qui faisait la totale de 905 livres 10 sols ; et les différentes sommes annotées  reçues à la ladite parcelle arrivant à 403 livres et 13 sols,  serait resté dû 501 livres et 14 sols, à compte  de laquelle a encore été déduit 425 livres, capital de l’acte obligatoire
(sic) passé parler Baron de [tours ?] Du 30 mars 1789, ainsi que les intérêts de deux ans et le restant de la cense d’Andrevon,  il aurait été annoté au bas par acquit au moyen de la cession des droits dudit acte obligatoire, Chambéry le 21 avril 1791, signé D. Amphoux,  coté numéro 43 ;
- un reçu privé sur papier blanc par lequel Jaume de la Vallette au lieu et place de Besson, caissier des mines de Pesay, a reconnu avoir reçu de la part de Dalbert de Chamoux 1300 livres à compte d’un billet de plus forte somme qu’il devait à la caisse de ladite minière de Pesay, icelui en date du 31 mars 1786, signé Jaume de la Vallette, coté numéro 44 ;
- de plus un reçu privé par lequel le citoyen [Villiod] a confessé avoir reçu de M° Amphoux 45 livres pour sa portion d’épices et consignations donc il était débiteur aux syndic et conseil de Montendry en date du 27 mars 1789 ; signé [Vulliod] ; et au bas est un reçu privé signé Amphoux dudit jour par lequel ce dernier a confessé avoir reçu 24 livres pour les droits payés pour la déclaration de libre exaction du prix de l’affranchissement du fief rière Montgilbert, icelui coté numéro 45 ;
- un reçu privé sur papier blanc par lequel Joseph Plaisance de Montendry, tant à son nom que de celui de Jean-Baptiste son frère, communs et indivis en biens, a confessé avoir reçu de Simon-Antoine Dalbert la somme de 48 livres de Savoie pour cense dûe par ledit Dalbert aux frères Plaisance pzr acte  sous sa date, Mollot notaire, en date du 10 décembre 1789, signé Joseph Plaisance de même que Boccon et Michel [Pom…] comme présents ; coté numéro 46 ;
- quittance privé sur papier blanc par laquelle Jacques Perrier a confessé avoir reçu dudit Dalbert 109 livres pour marchandises à  lui livrées, en date du 20 avril 1781,  signé Jacques Perrier ; cote numéro 47 ;
- Une lettre [écrite] par Leblanc à Simon Dalbert capitaine au Régiment de Maurienne, par laquelle ledit Leblanc remercie ledit Dalbert d’avoir ce dernier compté 200 livres à son acquittement à sa belle-mère, qu’il offre de rembourser au mois de novembre suivant, en date du 5 juin 1791 ; signé Leblanc ; coté numéro 48 ;

- nous aurions de plus trouvé une liste écrite de la main de Simon Dalbert de ses dettes ;  l’agent municipal a requis que je la paraphe
ne varietur*,  par lequel pourrait devenir très utile ; le montant de ses dettes arrive à – suivant ladite liste – 40 750 livres ; coté numéro 49 ;
- de plus une liste sur une feuille de papier  blanc où il y a annotation par lui écrite des différentes sommes à lui dues par différentes personnes dont quatre se trouvent annulées payées et dix ne sont pas rayées, aussi été paraphée par moi ne varietur ; et à l’autre feuillet, l’annotation de ce qu’il doit,  dont deux se trouvent annotées être payées, et 3500 livres annotées dues au S Bertholet chirurgien ;  et cent livres annotées dues à [p…] d’Aiguebelle, aussi paraphé par moi le notaire ne varietur ; cote numéro 50 ;
- plus un billet privé sur papier blanc par lequel de Montendry, aide major  a promis payer au citoyen Carron dans le terme de six mois la somme de 200 livres de Piémont en date du 1er mars 1791, signé de Montendry, aide major  au bas duquel est annoté : reçu le montant ci-dessus de M. de Chamoux signé Carron, sans date ;  coté n° 51 ;
- de plus une lettre signée de Montendry,  du 14 mai 1791 par laquelle il accuse la réception de 820 livres qui lui avaient été annoncées par son frère par le canal de M. Donandi ;  coté numéro 52 ;
- une lettre écrite à Dalbert le fils par Antoine Polar en date du 30 janvier 1787, par laquelle il lui marque que déduction faite de 80 livres il a reçues de M. Jean [Pia] officier du solde, [il lui en encore redû (sic)] 320 livres ; cote numéro 53 ;
- une liste de 212 livres deux sols due à [Juisset] et Compagnie au bas de laquelle est l’acquit du 9 novembre 1790,  coté numéro 54 ;
- billet de Simon Dalbert, tant de son chef que comme procureur de son père passé en faveur des négociants Leborgne fils et Burnier de la somme de 1559 livres, pour marchandises livrées, conformément à la liste portée annexée audit billet, icelui en date du 29 août 1786, au bas  duquel est l’acquit passé par  lesdits Leborgne fils et Burnier, eu égard au contrat passé par M° Amphoux notaire, icelui en date du 9 mars 1791,  coté numéro 55 ;
- du 29 frimaire dite année, un acquit pour Simon Antoine Dalbert fait de Claude le cadet  Salomon du 14 mai 1791, Mollot notaire,  cote numéro 56 ;
- une rente constituée en faveur de Claudine Didier par Simon-Antoine Dalbert en qualité de procureur de Joseph Dalbert son père, sous la caution de Simon-Antoine et Jean-François Dalbert, portant quittance payée par ce dernier en faveur dudit Joseph Dalbert du 13 mai 1785, [Gayeux] notaire,  coté numéro 57 ;
- un  acquit de pension viagère pour François-Modeste Perrin d’Athenaz, passé par Simon-Antoine Dalbert, du second mars 1788, Reveyron notaire ; cote numéro 58 ;
- contrat dotal de François Graffon de Saint-Pierre d’Albigny et Marie Marguerite Dalbert habitante à Chamoux du 5 décembre 1772, Ladouz notaire, cote numéro 59 ;
- un reçu signé Arnaud, receveur des Domaines nationaux, par lequel il reconnaît avoir reçu du citoyen Joseph Dalbert 1152 francs pour restant des intérêts de trois ans ; celui le 25 brumaire dernier d’une obligation de dix mille livres de la ci-devant Savoie, passée par son fils Simon-Antoine Dalbert au profit de l’émigrée Sibille Pethioz veuve Balland Damas du 15 novembre 1791, Amphoux notaire, en date du 1er Thermidor an 3 ; coté numéro 60 ;
- un reçu signé Genin avocat,  du 6 février 1792,  par lequel il déclare avoir reçu dudit Albert  de Chamoux 60 livres pour les intérêts d’une année d’une rente constituée qu’il lui doit ensuite de la cession qui lui en a été faite par le Baron Garnier, coté  numéro 61 ;
- une convention privée par laquelle Joseph Dalbert a vendu à Joseph Mouche du Bourget la coupe d’un bois à la Fauge pour le prix de 1507 francs 4 sols à compte duquel prix il a en fait reçu 720 Fr. avant la convention,  le surplus compté,  nombré  lors d’icelle,  icelle en date du huit Thermidor an 5, au bas  de  laquelle lesdits Dalbert et Mouche renseigner,  et Simon Mollot et Pierre Bertholet ont signé comme témoins ; coté numéro 62 ;
- un coupon d’emprunt forcé de 1400 Fr.  faisant pour chaque année 140 Fr. numéraire,  auquel il manque déjà ceux de l’an 5 et de l’an 4 ; coté numéro 63 ;
- un reçu signé Simon Mollot,  collecteur,  du quatorze Messidor an 5,  par lequel il déclare avoir reçu de Pierre Bertholet en un coupon d’emprunt forcé et en numéraire 328 francs 3 sols 4 deniers pour plein payement de la cote du citoyen Dalbert de l’an cinq,  coté numéro 64 ;
- un reçu par lequel Claude Salomon confesse avoir reçu de Joseph Dalbert 266 francs 95 centimes pour plein paiement des intérêts qu’il lui devait du prix de la vente du 11 mai 1791,  Mollot notaire ; icelui en date du 11 Messidor an 5,  coté numéro 65 ;
- une quittance privée par laquelle le citoyen [Routein]  confesse avoir reçu du citoyen Antoine Dalbert la somme de 500 livres,  monnaie de la République, en acquittement des pièces de taille qu’il avait fournies à Simon Dalbert son fils (sic), du 18 germinal an 3, au bas  duquel ledit [Routein]  a signé,  très mal,  de même que Deglapigny comme présent,  […] marqué Hercule Pépin présent ; coté numéro 66 ;
- de plus une convention privée par laquelle Joseph Dalbert et Joseph Tranchant, et Antoine Barbier sont convenus que ces derniers se chargeraient d’enlever les girouettes et meurtrières de son château pour le prix de 750 livres monnaie de la République, qu’il promet payer dans le terme de quatre mois ; au bas  de laquelle lesdits Dalbert et Antoine Barbier ont signé de même que Rochat et Gay, ces deux derniers comme témoins ; et ledit Tranchant a confessé avoir reçu 100 livres monnaie de la République ; côté numéro 67 ;
- de  plus un reçu privé par lequel Antoine Barbier a confessé avoir reçu 250 livres de la République pour le tiers du prix-fait sus énoncé,  savoir : 150 livres de ci-devant Savoie qu’il devait à Martin Varnier [dit] Maillet  et 50 livres en imputation de cense ;  le surplus, il lui en a fait rabais ;  en date du huit nivôse an 3 ; [sou…] par ledit Barbier et Simon Mollot présents ; coté numéro 68 ;
- ascensement privé passé par Joseph Dalbiez à Hylarion Vioud d’un journal au Parc pour le terme de trois ans sous la cense annuelle de [dix ? ] cartes de froment, en datedu 25 octobre 1795 vieux style, au bas duquel ledit Dalbert a signé, de même que François Neyrod et Claude Tronchet comme témoins, et Hylarion Vioud y a fait sa marque ; coté numéro 69 ;
- ascensement privé passé par Joseph Dalbert  à Michel Masset de deux journaux au Parc, du premier mas pour le terme de six ans sous la cense annuelle de vingt-cinq cartes de froment chaque année en date du 3 octobre 1795 vieux style, au bas duquel ledit Dalbert et Masset ont signé, de même que François Neyrod et Claude Tronchet ces deux derniers comme témoins ; coté numéro 70;
- un ascensement privé par lequel Joseph Dalbert  a ascensé à Claude Tournafond un journal de champ au second mas du Parc et un journal au Paquier, sous la cense annuelle de onze cartes de froment et dix cartes de maïs pour le terme de 6 années en date du 18 nivôse an 4, au bas duquel ledit Dalbert a signé ainsi que Noël Gay et Jean Genin, ces deux derniers comme témoins , et ledit Claude Tournafond y a fait sa marque ; coté numéro 71;
- un ascensement privé par lequel Joseph Dalbert a ascensé à André Genin pour le terme de trois ans le premier journal touchant le chemin sous la cense de quatre cartes de froment, et quatre cartes de seigle, icelui en date du 3 Brumaire an 4, au bas duquel ledit Dalbert a signé , de même que François Neyrod et Noël Gay, ces deux  derniers comme témoins, et ledit Genin y a fait sa marque ; coté numéro 72 ;
- un ascensement privé par lequel Joseph Dalbert a ascensé à Joseph Varnier un journal de champ au Par cet deux au Paquier  pour le terme de 6 années sous la cense annuelle de 10 cartes de froment et 19 cartes blé maïs ; icelui en date du 9 pluviôse an 4, au bas duquel ledit Dalbert a signé, et François Neyrod et Noëm Gay ces deux témoins et ledit Joseph Varnier u a fait sa marque; coté numéro 73 ;
- ascensement privé par lequel Joseph Dalbert a ascensé à François Neyrod [d…] deux journaux de champ au premier mas du Parc ; de plus 2 seytives du Paquier ; pour le terme de six ans, sous la cense quant aux champs de Viorge deux cartes de froment les deux, et les deux seytives du Paquier de 19 cartes de maïs aussi les deux, le tout annuellement, icelui en date du 13 nivôse an 4, au bas duquel lesdites parties ont signé, ainsi que Noël Gay, ce dernier comme témoin ; cote numéro 74 ;
- ascensement privé du 28 juillet 1791 par lequel Simon-Antoine Dalbert a ascensé à François feu Antoine Petit les biens et bâtiments y spécifiés, et sous les conditions y désignées, sous le terme de 9 ans, sous la cense pour chaque année ; savoir : pour les six journaux et quart du Parc de vingt cartes maïs ou douze cartes froment au choix des sacensataires ; de plus, 24 livres ci-devant Savoie pour 3 seytives touchant Pré Courbeau ; quant aux autres champs, à raison de 18 cartes blé maïs ; la maison, cour, place et grange pour 5 livres par an, les 3 seytives part du couchant du Pré Bœuf à raison de 15 livres le seytive, ce qui fait 45 livres, les autres part du levant à raison de 13 livres la seytive, ce qui fait 23  livres et 8 sols ; que cependant prélevé les 6 journaux et quart du champ près du Parc, ils ne paient la cense du surplus pour les deux années qui commencent à courir le jour que sur le pied de 15 cartes le journal. Les parties ont signé au bas dudit ascensement, de même que François Neyrod et Simon Mollot ces deux derniers comme témoins, coté numéro 75.
- ascensement privé par lequel Joseph Dalbert a ascensé à Jean-Marie [Andrevettan] une maison en chambre, place, écurie, grange, plus un journal de champ au second mas du Parc, pour le terme de 2 ans, sous la cense annuelle quant aux bâtiments de 43 livres et 4 sols argent de France, et le journal de champ onze cartes de froment par année en date du 18 nivôse an 4, au bas duquel les parties ont signé, de même que Jean Genin et Noël Gay, ces deux derniers comme témoins ; coté numéro 76 ;
- un ascensement privé, par lequel Joseph Dalbert a  ascensé à Antoine feu Pierre Lacroix une pièce de terre, soit environ un journal et demi au lieudit à la Fauge, territoire de Montendry, pour le terme de 3 années pour le prix de 8 cartes d’avoine par journal ; icelui en date du 13 mai 1796 vieux style, au bas duquel ledit Dalbert a signé, de même qu’Antoine Carrel comme témoin, et ledit Antoine Lacroix y a fait sa marque : coté numéro 77 ;
- ascensement privé par lequel Joseph Dalbert a ascensé à Claire Moutard veuve Barbier une pièce de champ lieudit Au Parc, sous la cense de deux vaissels de froment par année, sous la caution solidaire de Claude Gardet, en date du 16 floréal an 4, au bas duquel ledit Dalbert a signé, de même que André Fuzier, Pierre Neyrod et Simon Mollot, ces trois derniers comme témoins, et ladite Moutard et ledit Gardet pour être illétérés y ont fait leur marque : coté numéro 78 ;
- ascensement privé par lequel Joseph Dalbert a ascensé à Elisabeth Mugnier et Claude Tronchet les biens y spécifiés pour le prix et somme de 79 livres et 10 sols annuellement, et sous les plus amples conditions y contenues, au bas duquel lesdits Dalbert et Claude Tronchet ont signé, de même que Michel Masset et Pierre Bertholet, ces deux derniers comme témoins, et ladite Elsabeth Mugnier y a fait sa marque ; coté numéro 79 ;
- ascensement privé par lequel Joseph Dalbert a ascensé à André Jandet dit le Roux un jurnal au second mas et un demi journal au premier mas, et un autre demi journal au même mas, pour le terme de six années, sous la cense de 20 cartes de froment par année, en date du 18 nivôse an 4, au bas duquel lesdites parties ont signé, de même que Jean Genin et Noël Gay, ces deux derniers comme témoins ; coté numéro 80 ;
- ascensement privé par lequel Joseph Dalbert a ascensé à Antoine Petit un journal de champ au premier mas, du Par cet un demi seytive au Paquier, pour le terme de six ans, sous la cense pour chaque année de 12 cartes froment et 5 cartes maïs, en date du 11 brumaire an 4, au bas duquel ledit Dalbert a signé, de même que Noël Gay et François Neyrod, ces deux derniers comme témoins, et ledit Antoine Petit y a fait sa marque ; coté numéro 81 ;
- convention entre le citoyen Joseph Dalbert et Pierre Bertholet, par laquelle ledit Dalbert promet payer audit Bertholet pour se peines et salaires de la gestion confiée par le premier audit Bertholet, dans l’acte de procuration passé ledit jour, Blanc notaire, la somme de 180 livres de France annuellement, et la [jouiss…] annuelle, le tout à courir dès ledit jour, de 4 seytives de pré marais à choisir par Bertholet sur ceux appartenant au citoyen Dalbert ; et pour quant aux voyages que sera obligé de faire ledit Bertholet pour sa gestion à Chambéry et ailleurs à la distance de plus 2 lieues de cette commune, il y en aura 4 de ceux de Chambéry, pour lesquels ledit Dalbert ne sera soumis de lui payer que les frais de bouche, et a promis lui payer pour tous les autres les frais de bouche et de voiture, ladite convention en date du 17 messidor an 4, au bas de laquelle lesdites parties ont signé, de même que  Blanc, ce dernier comme témoin, et George Veillard pour être illétéré y a fait sa marque ; cote numéro 82 ;
 
du 30 frimaire dite année,
le citoyen Bertholet m’aurait représenté que dans les lettres que nous avons trouvées, les plus essentielles, et que nous avons ci-devant inventoriées, nous n’y avons pas trouvé bien d’autres comme albergements et ventes, dont le prix est encore dû, parce que apparemment, le citoyen Dalbert ne les aura pas retirées d’entre les mains des notaires qui les ont reçues, parce que les droits n’étaient pas à sa charge ou peut-être aussi parce qu’il en pourrait être resté chez son procureur à Chambéry, à cause de différents procès qu’il a été obligé de soutenir ; mais comme il est instruit qu’une partie desdits actes ont été remis par moi notaire, il m’a requis de me transporter chez moi, pour vérifier ceux qui pourraient intéresser l’hoirie, et de les inventorier.
À quoi adhérant, en ayant se suite parcouru mes minutes, j’aurais trouvé :
- un renouvellement d’albergement passé par Joseph Dalbert en faveur d’André Maillet du 13 mai 1782, sous la cense annuelle de 120 livres de Piémont, et 4 paires de poulets
- secondement, vente accessoire faite par Simon-Antoine Dalbert à François feu Jean-Claude Christin du 11 mai 1791, Mollot notaire, prix 745 livres ;
- troisièmement, acquis pour André Jandet passé par Simon-Antoine Dalbert, du 14 mai 1791, Mollot notaire, prix 350 livres ;
- quatrièmement, acquis pour Dominique Christin fait de Simon-Antoine Dalbert du 14 mai 1791, Mollot notaire, prix 350 livres ;
- un acquis pour Ambroise Plaisance fait de Simon-Antoine Dalbert du 11 mai 1791, Mollot notaire, prix 1050 livres.
- un acquis pour Philibert Thomas fait de Simon-Antoine Dalbert du 9 mai 1792, Mollot notaire, prix 760 livres .
- un acquis pour Charles Tarajean fait de Simon-Antoine Dalbert du 190 mai 1792, Mollot notaire, prix 640 livres, à compte duquel a été compté 172 livres, a resté pour 478 livres ;
- acquis pour Antoine Christin et Louis Berthier fait de Simon-Antoine Dalbert du 22 mars 1792, Mollot notaire, prix 921 livres et 12 sols ; à compte duquel prix les acquéreurs compteront 200 livres et a promis le surplus dans 8 ans ;
- acquis pour George et Philippe Charpin du 10 mars 1792, Mollot notaire, prix 800 livres ;
- acquis pour Joseph Guillot fait de Simon-Antoine Dalbert du 22 octobre 1791, Mollot notaire, prix 3600 livres, ayant donné 600 livres lors de l’acte, resté devoir 3000 livres ;
-  quittance pour Ambroise Plaisance passée par Simon-Antoine Dalbert du 1er juin 1791, Mollot notaire, de 1000 livres ;
- cession et transport en faveur d’Ambroise Plaisance, passée par Simon-Antoine Dalbert du
1er février 1791, Mollot notaire, prix 1500 livres ;
- promesse relevatoire en faveur de Simon-Antoine Dalbert faite par François feu Sylvestre Grollier, du 17 avril 1791, Mollot notaire, de 200 livres ;
- acquis pour Simon-Antoine Dalbert fait de Claude Salomon du 11 mai 1791, Mollot notaire, prix 5000 livres ;
- acquis pour Ambroise Plaisance de Chamoux passé par Simon-Antoine Dalbert du 23 novembre 1789, Mollot notaire, prix 400 livres ;
- acquis pour André Maillet de Chamoux passé par Simon-Antoine Dalbert d’une pièce de terre pour le prix de 2400 livres du 30 septembre 1791, Mollot notaire ;
- acquis pour Ambroise Plaisance de Chamoux, passé par Simon-Antoine Dalbert, prix 2350 livres du
1er octobre 1791, Mollot notaire.

Ce qu’il y a de plus intéressant : la plus grosse partie desdits capitaux restant dus.


L’on a ensuite procédé à l’inventaire des biens qui consistent en :
-  une pièce de bois lieudit à la Chaumaz, sous le n° de la mappe 386, contenant 15 journaux 212 toises 1 pied ;
- jardin à Chamoux sous le numéro 1522 contenant 243 toises 1 pied ;
- maison , cour et placeage du château sous le numéro de la mappe 1524 contenant 2 journaux 123 toises ;
- jardin sous le numéro de la mappe 1525 contenant 114 toises 6 pieds ;
- place dans le clos du château sous le numéro de la mappe 1526, contenant 50 toises 6 pieds ;
- maison ruinée au-dessous du numéro 1527 contenant 52 toises ;
- teppes à Chamoux sous ne numéro de la mappe 1528 contenant 49 toises 7 pieds ;
- jardin audit sous le numéro 1529 contenant 253 toises 1 pied ;
- jardin à Chamoux sous le numéro de la mappe 1530 contenant 259 toises 1 pied ;
- [cervaz ?] audit lieu sous le numéro 1531 contenant 381 toises 5 pieds ;
- pré audit, sous le numéro de la mappe 1532 contenant 180 toises 7 pieds ;
- jardin audit lieu sous le numéro de la mappe 1533 contenant 197 toises 2 pieds ;
- pré audit, sous le numéro de la mappe 1534 contenant 3 journaux 350 toises 3 pieds ;
- pré audit lieu sous le numéro de la mappe 1535 contenant 3  journaux 140 toises 2 pieds ;
- vigne audit sous le numéro de la mappe 1536 contenant 2 journaux 267 toises 3 pieds ;
- teppe audit, sous ne numéro de la mappe 1537 contenant 5 journaux 353 toises 1 pied ;
- pré audit, sous le numéro de la mappe 1538, contenant 8 journaux 69 toises 6 pieds ;
- pré audit, sous le numéro de la mappe 1539, contenant 193 toises 3 pieds ;
- champ audit, sous le numéro de la mappe 1540, contenant 2 journaux 145 toises 3 pieds ;
- champ audit, sous le numéro de la mappe 1541, contenant 46 jounraux, 248 toises 2 pieds ;
- vigne au Clos du Parc sous le n° de la mappe 1540 ½ contenant 1 journal 69 toises et 6 pieds;
- pâturage au Parc sous le numéro de la mappe 1542, contenant 2 journaux 102 toises 7 pieds ;
- pâturage audit sous le numéro de la mappe 1543, contenant 2 journaux 56 toises ;
- champ audit sous le numéro de la mappe 1544, contentant 1 journal 221 toises 6 pieds ;
- teppe audit, sous le numéro de la mappe 1545, contenant 6 journaux 330 toises ;
- bois audit, sous le numéro de la mappe 1546, contenant 3 journaux 28 toises 6 pieds ;
- pâturage audit, sous le numéro de la mappe 1547, contenant 5 journaux 281 toises ;
- (sic) 1552 de pré-marais au Paquier contenant 21 jurnaux 279 toises 1 pied ;
- 1557, jardin à la Servaz contenant 211 toises 3 pieds ;
-  pièce de pâturage au lieudit sous le n° de la mappe 1558 contenant 1 journal 30 toises 1 pied ;
- une pièce de pâturage au Pré carré, sous le numéro de la mappe 1559, contenant 13 jurnaux 345 toises 5 pieds ;
- une pièce de pâturage audit lieu sous le numéro de la mappe 1562, contenant 2 journaux 87 toises ;
- une pièce de blachère au Grand Mas sous le numéro de la mappe 1573, contenant 37 journaux 57 toises 2 pieds ;
- une pièce de pré à Bellavarde sous le numéro de la mappe 1564 contenant 30 journaux 378 toises 1 pied ;
- une pièce de pâturage au Pré di Bois sous le numéro de la mappe 1565 contenant 2 journaux 35 toises ;
une pièce de pré-marais audit lieu sous le numéro de la mappe 1566, contenant 18 journaux 269 toises 4 pieds ;
- une pièce de pré-marais audit lieu sous le numéro de la mappe 1569, contenant 24 journaux 383 toises 6 pieds ;
- une pièce de pré blachère à Pré Courbeau sous le numéro de la mappe 1572, contenant 14 journaux 31 toises 1 pied ;
- une pièce de bois et broussailles sur Chamoux sous le numéro de la mappe 2186 contenant 19 journaux 97 toises 2 pieds.

Qu’est tout ce que nous avons trouvé sur la commune de Chamoux.

De plus, sur la commune de Montendry, une pièce de bois sous le numéro de la mappe d’icelle 2868, contenant 124 journaux 304 toises 2 pieds.

Et j’aurais en conséquence chargé ledit Bertholet des titres ci-devant inventoriés.
Et pour le surplus que l’on n’a pas reconnu de grande utilité, ils ont été mis dans une caisse avec une couverte en coulisse ; à l’extrémité de laquelle coulisse j’y ai mis une bande de papier pour qu’il empêche s’ouvrir ; aux deux extrémités de laquelle j’y ai mis mon sceau sur cire rouge, ayant un chiffre comme est dit ci-devant.
Et le surplus dans un grand coffre sous serrure auquel j’ai aussi mis une bande de papier attachée au couvert, et dans le dessous, aux deux extrémités de laquelle bande j’y ai mis de même mon sceau sur cire rouge, où il y a l’empreinte d’une S et d’une M entrelacées, et j’aurais exhorté et chargé ledit Bertholet en vertu de ma dite commission de tous lesdits sceaux, et de tout ce qui concerne ledit mobilier.
De quoi acte.
Et le tout fait et prononcé audit lieu, et le 1er nivôse an 6 de la République française, en présence desdits Bertholet, Deplanes, Genin ; et encore des citoyens Pierre-Louis Falquet, natif de Turin, et de Antoine Petit natif de cette commune, où ils habitent tout deux, témoins requis, ce dernier m’ayant déclaré être illétéré.

P. Berthollet        Jean Genin
    J . Déplante
Marque + d’Antoine Petit        Falquet

La seconde portion du présent inventaire contenant 39 pages et demi. En donnant acte audit Jean Genin, expert de 6 jours de vacation, et à chacun des gardiateurs et de l’agent municipal de douze jours.
        Simon Mollot
Enregistré à La Rochette le 21 nivôse an 6 de la Répube f
e, reçu onze francs.
        Boitteur

av. 2020 - Recherche et transcription A.Dh.

Lexique
* ne varietur : Sans possibilité de changement, point par point
* patrocines : on trouve « patrociner : plaider (longuement) ; peu satisfaisant ici. CNRTL propose  « Défense, secours » qui paraît plus adéquat.
* solvit : du latin « il a payé »


Source : AD073, cote 6E 11842 (Minutes Mollot an 6 F° 47, et suivants)