Le Patois d'Élisa

Le Patois de Chamoux dans les années 1930

D'un village à l'autre le patois n'est pas exactement semblable. Même, il a évolué, comme toute langue vivante : le patois pratiqué à Chamoux en 1935 n'était plus celui de 1850.
La proximité de la ville, où l'on parlait plus couramment le français, a joué : le personnel administratif, les commerçants, les membres des classes aisées utilisaient généralement le français... et venaient avec leur façon de parler dans leur "campagne" ; mais là encore, rien n'est immuable: le français du 17e siècle n'était pas celui du 20e siècle!

Élisa, été 2018 - Photo A.DhÉlisa a donc rassemblé ses souvenirs du patois de Villardizier, dans une évocation de la vie qu'elle a connue enfant: vie paysanne, à la maison, aux champs.

Proche de ses grands-parents, elle rapporte ici de nombreux mots de la vie quotidienne des femmes - ce qui n'est pas le cas de divers lexiques du 20e siècle, composés par des érudits masculins !

2 enregistrements A.Dh. 2018

Cliquer pour écouter  La maisonnée (7'30")

Cliquer pour écouter  Les travaux (12'30")

Pour suivre les 2 enregistrements ci-dessus (réalisés en 2018), nous avons tenté une transcription.
Avec une difficulté évidente : ce patois n'était pas une langue écrite; et certains sons ne sont pas familiers à nos oreilles, ni à nos dictionnaires, nous avons adopté des graphies rencontrées chez d'autres chercheurs locaux.
zh pour ɮ (± entre le z et le th anglais de bath)   
çh pour ɵ (l'équivalent du th anglais : bath)  
ò   pour ø (entre eu et e)
ə : le e français courant prononcé en fin de mot
X pour un r guttural

PATOIS DE CHAMOUX : ESSAI DE TRANSCRIPTION

LA MAISONNÉE    7'30" LES TRAVAUX   12'30"

0'00" - 0'15"    le projet

0'15" - 2'55"    la maison

• la mêson : la maison    
- le sartò : le cellier     
- le boueu: l’étable, l’écurie
- l’éçhalière: l’escalier     
- la lozhe : le palier   
-  la k’zèna : la cuisine
- le pél : le poêle (de Loulans)
- bron : marmite en fonte    
et aussi :    
- la gora : un cercle en fonte du poèle (pour poser les casseroles au mieux)
- le fregon : le pique-feu = tisonnier
- la pàtière ou dze : le pétrin
- pâtò : pétrir     
– le pan : le pain

- ètoyé : conserver, ranger    
- pé sarvi de tôbla : pour servir de table
et aussi :    
- lé sélles : les chaises
- le b’fèt : le buffet     -

les achétes : les assiettes     
- la pôche : la poche, la louche
- la casse : petite casserole à long manche pour puiser l’eau     
- le sizelin : le seau
et aussi :    
- la trèque pé l’ouillye : la cruche pour l’huile    
- lé t’pènes : les topines
- la pocha parcée : l’écumoire    
- clyères, forçhettes, [k’tio] : cuillères, fourchettes, couteaux
- la pòtorniura : la planche à hâcher  
 - k’tio çhapelu :  hâchoir à 2 poignées


- la çhambra : la chambre     
- la cuçha : le lit, la couche     
- lé k’vertes : les couvertures
- lou lèchus : les draps     
- le bri : le berceau     
-  la paillyasse : la paillasse
- forèle : enveloppe de l’épi de maïs     
- l’poutan : le galetas
et aussi :    
la garde rôba : l’armoire


- l’c’vert : le toit     
- lou treù : les poutres     
- l’sommi : le sommier (grosse poutre)
et aussi :    
- la frétà : le sommet du toit (le faite)    
- lou dét’lors : eau se déversant d’un toit sans cheneau


2'55" - 4'50"    les animaux domestiques
• le boeu : l’écurie, l’étable     
- les bétes : les bêtes    
- vaçh : vache
- possa : tétine         
- l'assai : le lait     
-  bora, toré : taureau    
- lou gliapon : les sabots trop longs des vaches qui ne sortent pas 
- mozhe : génisse (noté «moge» / inventaires  18es.)
- lou bétian - le bétail (équidés)  
-  lé çhvo : cheval     
- la cavala : jument
- borique : bourrique ; âne     
et aussi :    
- le bou : le bœuf    
-le viau : le veau    
- la teurzhe : vache stérile

- caïon, caïôte : porc, truie     
- l’bôédè : la soue
- fia : brebis         
- le moeuton : le bélier     
- l’bique : le bouc
- cabri :  cabri     
- la çhèvre : la chèvre     
et aussi :  
-
la çhèvre metta : la chèvre sans cornes
- les polaillyes : les poules     
- polet : coq    
- puzhin : poussin     
- clesse : poule couveuse     
- ouver : pondre     
- lou z’ois : les œufs     
et aussi :    
pelaton : poulet     
- pèque : poulette    
-la covè : la couvée
- brouize : coquille

- "dé fâ les polaillyes ouvent diè la grànzha de la v’zèna grèzha" :  des fois, les poules pondent dans la grange voisine
- "y’a dé fennes qué lé tôton l’ku to lou zhor et frém' chlé qu’ont l’oi" : il y a des femmes qui leur tâtent le (!) derrière tous les jours et enferment celles qui ont l’œuf
- grèzha  : grange     
-  v’zène : voisine     
- la t’fènnes : les femmes.

et aussi, les animaux familiers :    
- çhen : chien    
- çha, çhatta : chat, chatte
- mior : matou        
- [main-no] : miauler    
- maan-nu : miaulant péjoratif


4'50" - 5'50"    la famille
• la fameillye : la famille     
- gnâ, gnio : famille (vieilli)  
-  la fenna : la femme
- éfant : enfant mâle, fils     
- la feillye : la fille  
- "l’a doué feillye et poè d’éfant" : il a deux filles et pas de fils

- le frére : le frère
- la soéra : la sœur
- le quinque : l’oncle     
- les k’zins : les cousins    
- les k’zènes : les cousines
et aussi :    
le paré, la néna :  le parrain, la marraine


5'50" - 7'30"    expressions
• feliôte : fillette     
- f’dor : tablier     
- égoirò : déchiré, abimé
- çausses : chaussettes     
- é garode : en accordéon 
- mama : maman

- plégnérié : le geignard     
- évo mo v’ni viu : ça va mal de devenir vieux (viu)
- amouelò : ramassé     
- moué : tas    
- s’étoulier : s’étirer     
- sonzhon : sommet
- nille : articulation     
- gonf’ : gonflé     
- greillye : cheville
- désoule: désole (fait souffrir)

et aussi :    
un homme qui se mêle de tâches féminines, ou qui s’intéresse aux détails, est qualifié de « tâte-cul de polaillye » ou de « patasson
»
 


0'00" à  1'50'    le travail des femmes
• l’ouvra d’lé fennè : le travail des femmes (la fenn(a): la femme)
- dié la méson : dans la maison     
- fér à mzhé : faire à manger     
- plemò les tifères : éplucher les pommes de terre  
- çheurò : laver la vaisselle     
- le çhereure : l’eau de vaisselle     
- xemacher : balayer (ramasser)
- lé z’équeveillyes : les ordures (à Lyon : équevilles ; dans les Aravis : équevilye)
-  l’beliò : la lessive     
- fér la beillye : faire la lessive
et aussi :    
le [bèche = lissieu] : l’eau savonneuse tirée de la lessiveuse (cet ustensile qui a représenté un réel progrès technique, n'a pas de nom patois)  
 
- abérò lé bétye : donner à boire aux bêtes     
- la péria : la pâtée des bêtes
- dégrouillyer lou trekia p’lé polaillye : égrener le maïs pour les poules
- ramèdò : raccommoder     
- tak’nò : rapiécer     
- un tacon : une pièce (de tissu)
- ouille : aiguille     
- fér le bò : tricoter les bas.

1'50" à  4'50"    le corti :
l’ouvra u corti : le travail au jardin


1'50"    les plantations
• on vògna : on sème     
- lou pã : les haricots   
- lou pã  de ran : les haricots à rame
- parsenaillyes : carottes (Albertville : parstenailles)    
- les pôres : les poireaux
- le çhou : le chou     
- les torniches : bettes à tondre pour les diots d’herbe
- et’naçh : épinards     
- les coérdes : les courges     
- moeròzhe : pécoce.
- "on bètte on pieù de tifère moerozhe" : on met un peu de pommes de terres précoces

2'50"    les indésirables (animaux)
• le zharbon : la taupe    
- la vorpa : le campagnol (taupe grise) ?
- les l’maces : les escargots
- lou l’maçons : les limaces     
- le tésson : le blaireau
- le renò : le renard    
- lou [piò] : les poux     
- le pillyon : le pou des poules
- les puzhes: les puces     
- lé moèçhes, le tavan : les mouches, le taon    
- lé varichot : le varon (parasite des vaches)     
- rat mzè : musaraigne     
-  le larmôte : le lézard     
- le ratoulive : la chauve-souris     
- la pinzhroule : la salamandre
et aussi :    
- artison : ciron (un acarien)
- zharbenié : taupinière    
- le sarpè : le serpent


4'00"  les indésirables (plantes)
• piapôr, riôle : boutons d’or, liseron
- le saviu : le sureau
- rev’nelle : une crucifère?     
- la blançhette : le moha de Hongrie ? fourrage
- cocœurs : ombellifères = arpion de polaillye    
- éronzhe : ronce     
- patavin : ronce à fruits bleus rampante.
et aussi : - le z’eglyetons :  bardane

et aussi :    
- abadio la terra avoé la péla carrée : la bêche  
-  la sape : sorte de houe
- l’p’què : la binette    
- le zhego : en français local, le bigarre


4'50" - 12'16"    le travail des champs :
l’ouvra attè pò : le travail n’attend pas (d’après J. Perrier : « « Le Petiou »)
- d’ouvra, n’y è a pe tos : du travail, il y en a pour tous

4'52"    labourer, herser
somardò avoé l’oré : labourer avec l’araire     
- v’zin : voisin
- "Pe somardò avoé l’braban fo dou bétian" : pour labourer avec le brabant, il faut deux bêtes.
- faut coblyer : il faut s’associer    
- po tozhor éja ! : pas toujours aisé !
- epnaçher : herser    
- l’ep’né : la herse à 4 ou 5 bancs
- épné : épine
et aussi :    
- edrezhi : fumer    
- le fémié : le fumier     
- la matte : le tas de fumier    
- la kiva : le purin
- la kiva : le purin

6'00"    le blé, le maïs (du semis à la récolte)
•  vogner : semer - le froment : le blé
- lou trekia : le maïs
-  aloyer : éclaircir (les plants)
- "on vogne le fromé à la Sé Meçhé" : on sème le blé à la St-Michel (fin septembre)
- "u printé on le roulôte p’le fer replié" :  au printemps on le roule pour le faire taler (pour raciner)
- "le fromé repeillye miu su lé grousse terre d’Hautavella que sur lé terré de Çhamoux": le blé va mieux sur les grosses terres d'Hauteville que sur la terre de Chamoux
- "on vogne lou trékia quand la follye é u rocher" : on sème le maïs quand la feuille est [au niveau] des roches du Mont Fauge = vers le 1e mai
- "on vogne de pã avoé lou trekia" : on sème des haricots avec le maïs
- il faut « aloyer » le maïs : l’éclaircir, arracher les plants en surnombre
et aussi :    
- on vogne l’avèna p’lou çhevaux : on sème l’avoine pour les chevaux


7'20"    les pommes de terre
• on bète : on met, on plante
- les tifères : les pommes de terre   
 et aussi : le zharnon : le germe

7'45"     le foin
• n’a bròvé èvèchon : faucheuse (belle invention !)    
- èçhablò la daille avoé le marteleure : battre la faux     
- amoèllò la daille : l’aiguiser à la meule
- amassò le foè é colonne avoé la trè : amasser le foin en colonnes avec la fourche
- fér lou k’çhons : faire les cuchons (les tas : pour préserver de la rosée)
- ébruçher : étaler le foin (pour qu’il sèche)     
- le viazhe : le voyage, le chargement
- le çharè : le chariot    
- lyé le viazhe : attacher le « voyage »    
- beille : gros bâton pour le serrage des cordes     
- b’lyé : serrer les cordes au treuil
et aussi :    
- déçhazhé le viazhe dié la granzhe : décharger le voyage à la grange (faute de place, on faisait une meule)
- la laiche : la blache, herbe des marais appréciée, qui servait de litière. Avec les plus belles les hommes rempaillaient des chaises l’hiver, ou faisaient des paillats.
La blache du château de Chamoux était vendue aux enchères (une année, la Comtesse aurait tout perdu en une nuit au Casino d’Aix). Pour améliorer la production, l’acquéreur des blachères gérait attentivement les arrivées d’eau.
Le travail de la blache était pénible : les tiges étaient dures et le sol inégal (avec des « potas » : creux et mottes), il y avait parfois de l’eau en surface, il n’était alors pas possible d’utiliser la faucheuse ; le chargement aussi était difficile, car la blache était glissante et coupante.


9'9"    le blé (talage, moisson)
• fromet : froment (blé)    
- la mêsson : la moisson     
- ècoure : battre (le blé)
- l’éffleyé : le fléau     
et aussi :
- le volant, la daille : la faucille, la faux    
- le zhavèle : les javelles
En fauchant à la faux, on devait utiliser sa jambe pour préparer les javelles ; donc, on ne faisait pas des andains, mais des tas (la faucheuse «était alors munie d’un appareil spécial)
- lié le zhavèle avoé n’a p’nia de paillye : attancher les javelles avec une poignée de paille
- fo prèdre on çhapé p’l’soloi : il faut prendre un chapeau à cause du soleil
- attèchon a lou tavans : attention aux taons
- lou tavans agagne(nt) le zhvo ; on lui bette un frindio et de « mort aux taons » : les taons énervent le cheval ; on lui met une sorte de tablier avec des ficlles pendantes, et de la «mort aux taons »
- lé tieçhè : le tas de javelles dans la grange
- "diè le tè, l’écroeu venive béni lè tièçhè" : dans le temps, le curé venait bénir les tièches


- Après la mésson, on vògne de ròve, de trekia [de bou], de luzerne pi l’an que vint : après la moisson, on sème des raves, du maïs à récolter vert pour le bétail
(pratique peu appréciée des fromagers, voire interdite, car le lait, abondant, donnait des fromages de mauvaise qualité); la luzerne ne serait coupée que l’année suivante, mais resterait 3 ou 4 ans, fournissant du fourrage et engraissant le terrain.


11'00"    la vigne
• la vègne : la vigne     
- ébroter : enlever les pousses     
- un çhapon : une bouture
- la grebette : le cep     
- le pécho, le forçhé : le pesseau (le piquet), le piquet d’angle
- la v’dèzhe : la vendange     
- les bollyes : les bennes     
- le tenè : le cuvier
- la tène : la cuve     
- les bôsses : les tonneaux     
- le bosson : le petit tonneau
- le barò : le baril
    
11'50"    les châtaignes
• çhâtaignes : châtaignes     
- lou (z) ebios : les bogues de châtaignes.

12'16 à 12'30"     la montagne
• les roçh : les rochers     
- lou nants : les ruisseaux (lou : les au masculin)    
- lou vi : le couloir.

  Notations phonétiques

ò  pour ø: entre eu et e                                     
ə  le e français courant, prononcé en fin de mot
çh pour ɵ : ± le th anglais (bath)            
zh pour ɮ : ± entre le z et le th anglais de bath
x : r de gorge                         
lly pour ʎ : li « mouillé »
Les transcriptions s’appuient :
- sur la prononciation d’Élisa
, évidemment
- sur 2 sites internet de phonétique :
• alphabet phonétique Lexilogos  https://www.lexilogos.com/clavier/api.htm
• prononciation alphabet phonétique    .wikipedia.org/wiki/Aide:Alphabet_phon%C3%A9tique_international#Z
- sur les graphies proposées par :
- le Dictionnaire du patois savoyard (canton d'Albertville), par François Brachet (1883)
- le délicieux :  patois savoyard   : lexique, plutôt localisé dans les Aravis.

août 2018, 2021 / E.C. et A.Dh