1844 Visite past.

Le nouvel évêque François-Marie Vibert vient à Chamoux 6 ans plus tard : la population augmente toujours, on est encore plus à l'étroit dans l'église, qui aurait bien besoin d'être décorée.
Les temps changent : une école tenue par des religieuses de St Joseph s'ouvre pour les filles, au "Clos" de Chamoux… rue St Joseph.

 

La Visite pastorale de 1844

L'An de grâce 1844 et le 15 du mois de Mai, nous, François-Marie Vibert, par la miséricorde divine et la grâce du St Siège, évêque de Maurienne, Prince d'Aiguebelle, assistant au trône pontifical,
- nous nous sommes transporté de la paroisse de Bourgneuf où nous étions en cours de visites pastorales à celle de Chamoux où nous nous sommes arrêté vers les cinq heures du soir accompagné de Rd Dominique Deschamps prévôt du Chapitre, vicaire général, official et c. de l'ordre des SSts Maurice et Lazare, et de Rd Patrice Gravier chanoine vice-official, supérieur du Petit Séminaire, où nous attendait le Rd Recteur en chape, accompagné de son vicaire.
Après avoir reçu les félicitations et baisé la croix nous nous sommes placé sous le dais et nous sommes rendu processionnellement à l'église pour y adorer le St Sacrement, implorer la protection de St Martin évêque de Tours, patron de la paroisse, exposer les motifs de notre visite et accomplir les autres (pâté) cérémonies prescrites par le pontifical romain.
Nous avons ensuite interrogé et fait interroger sur les principales vérités de la religion , les jeunes gens qui nous ont été présentés pour la confirmation, leur instruction nous a paru généralement assez satisfaisante.

Aujourd'hui, 16 mai, jour de l'Ascension de N.S., nous avons commencé les fonctions de notre ministère, vers les 7h1/2, ayant procédé à la visite de l'église, de la sacristie, et du cimetière, nous avons fait les observations, recommandations, et ordonnances ci-après :

1°) l'église de Chamoux, d'une belle structure, nous paraît trop petite pour la population ; elle a un pressant besoin d'être reblanchie et décorée. Nous invitons le Conseil de la fabrique, et subsidiairement, celui de la commune, à s'occuper au plus tôt de cette réparation qui déjà avait été ordonnée dans la dernière visite pastorale. Nous nous réservons, comme de droit, d'approuver le plan des décorations.

2°) le rétable du maître-autel est en stuc, la marbrure a presque entièrement disparu. Nous invitons le conseil communal à en faire faire un en marbre ou en bois doré.

3°) nous apprenons avec plaisir que l’on placera dans peu de temps à l'autel de St François de Sales, un rétable semblable à celui de l'autel du Rosaire.

4°) les comptes de la fabrique pour l'année 1843 ont été arrêtés par le conseil de la fabrique le 13 janvier 1844 et approuvés par Rd Dechamps notre vicaire général le 10 février 1844.

5°) par son testament du 21 juin 1838, [Ulliel ?] Notaire, Dame Marie [André?] Vve [Jecque ?] (pâté) a institué héritière la fabrique ecclésiastique de Chamoux à sa charge d'établir au chef-lieu de cette paroisse une école pour l'éducation des filles de la paroisse dirigée par les sœurs de St Joseph ; par acte mis au greffe du tribunal de judicature, Mage de Chambéry, le 3 septembre 1838 la fabrique ecclésiastique a accepté la succession sous bénéfice d'inventaire. Le montant de la succession s'élevant à 10,734, a été employé à l'acquisition d'une maison et d'un clos attigue*, et aux réparations nécessaires pour qu'elle puisse servir à sa destination.
Les sœurs de St Joseph qui dirigent aujourd'hui l'école ont été installées le 4 décembre 1839. Le traitement des Rdes sœurs a été fixé à 800#. Ce traitement est formé :

1°) de 120#, produit du clos attigue en la maison,
2°) de 40# payés par les administrateurs des revenus des écoles,
3°) de 640#, produit des rétributions des élèves ; cette dernière somme est trop élevée pour qu'elle puisse être régulièrement payée par les élèves ; nous désirons vivement que le Conseil communal dont l'esprit religieux nous est connu, et qui est persuadé de l'importance de cet établissement pour la paroisse, allouera une somme de 200# en déduction des rétributions des élèves.

6°) nous invitons le Rd Recteur à nous faire parvenir l'état des fondations religieuses, il sera annexé au présent procès-verbal.

7°) les registres des baptêmes, Mariages et décès sont tenus conformément à l'instruction du St Siège du 23 août 1834, et à l'édit de S.M. du 20 juin 1837.

8°) le conseil de la congrégation de charité administre les revenus des fondations pour [?] ; ces revenus s'élèvent à 244 ; les comptes sont soumis régulièrement à l'approbation de l'autorité compétente.

9°) nous avons eu la consolation de donner la ste communion à 500 personnes ; nous avons ensuite administré le sacrement de confirmation à 255 jeunes gens, dont 90 de la paroisse de Montendry.

10°) il existe dans cette paroisse trois confréries :

1°) celle du St Sacrement, érigée de temps immémorial ;
2°) celles de N.D. du Rosaire et de N.D. des Carmes, érigées par Mgr Billiet en vertu d'un induit apostolique par lettres du 14 septembre 1836.

Rd Charles Amédée Bois né à St André le 8 août 1797, prêtre dès le 16 juin 1821, est recteur de Chamoux et archiprêtre dès le 1er octobre 1825. Les bonnes dispositions dans lesquelles  nous avons trouvé les paroissiens nous sont une nouvelle preuve du zèle il travaille à leur sanctification.
Rd Charles Francoz, né à Orelle le 3 mars 1817, prêtre dès le 11 juin 1843, est vicaire de Chamoux dès le 14 septembre 1843.

Ainsi fait et signé à Chamoux, les an et jour que dessus, en présence :

•  du Rd Dominique Deschamps, Vicaire général, Rd Patrice Gravier, chanoine, Rd Charles Bois, recteur archiprêtre de Chamoux, Rd Charles Sage, curé archiprêtre d'Aiguebellle, Rd Charles Francoz vicaire,
•  de Mr le Ch. Delaconnet Charles Louis syndic, du Sr Théodule Plaisance, vice-syndic,
•  des Srs Thomas Jean-Baptiste, Claude Plaisance, Jean Masset, Charles Vernier, conseillers de la commune,
•  des Srs Bailly [D Cher?], Joseph [Morel?], Ambroise Petit, Jean Guyot, Claude-Antoine Martin, conseillers de la fabrique,

Signatures

ndlr :  M. de Sonnaz, non cité, signe cependant en tête. « M. Delaconnet » signe « De Laconnay »

2012, 2014 - Recherche et transcription A.Dh.


Lexique
Induit : privilège accordé par le Siège apostolique
Attigue : de attiguus, a, um (adjectif), contigu(e) adj. : attenant . Le clos attigue = le clos contigu.


Sources :
Archives diocésaines de St Jean de Maurienne, Visites épiscopales 1844