Chœur en travaux

1719 : construction du chœur et de la sacristie de l'église

Les 2 textes ci-dessous se succèdent dans les registres du Tabellion d'Aiguebelle, qui collationnait les minutes des notaires locaux, pour avril 1719 (collation datée du 12 mai 1720, dans le registre de 1719).
Une lecture technique par un homme de l'art serait bien utile!

Délibération faite par les communiers de Chamoux

L’an mil sept cent dix-neuf et le trente, jour d’avril, ont comparu et se sont présentés par  devant moi, notaire soussigné, et présents les témoins bas nommés,
- M. Joseph Vignon, praticien ; M. Pierre Berthollet, châtelain ; Jean Rebaudin, syndic ; honorable Antoine Branche, Antoine Brun, Laurent Perrier, François Peguet, Claude Peguet, Maurix Fenolliet, Michel Chaudin, [André ?], Pierre Colomb, Claude-François Bertet, Hugue Thomas, Paul Bertet, François Vulliermet, Pierre Jaquier, Pierre Tournafon, Dominique Bertet, Benoit [Velot], Jacques Sibuet, Dominique Fresne, Matieu Chaudin, Aymé Collin, Matieu [Emanuel ?], et Antoine Fantin, tous syndics officiers locaux, conseillers et communiers, manants et habitants de la paroisse de Chamoux,

- dûment assemblés dans la place publique au-devant de la grande porte du château de Chamoux, excédant les deux parts ainsi qu’ils affirment, et tant à leur nom que des autres communiers absents, conférant ensemble sur quelques difficultés qu’ils avaient à l’occasion de la restauration du chœur de l’église dudit lieu,
- laquelle restauration ils ne prétendent d’y entrer en aucune façon attendu que le Sieur Révérend Jacques Deglapigny prêtre et prieur du prieuré de Saint Martin de Chamoux y devant contribuer pour le tout en ladite qualité,
- c’est pourquoi ils ont délibéré, convenu, et arrêté d’un commun consentement qu’ils étaient élisent, nominent et députent honorable Jacques Chésaz maître maçon du présent lieu, et honnête Maxime Vénipe maître charpentier et [couvrisseur = couvreur ?], du présent lieu, pour procéder à la restauration (ou mensuration) : le premier des murailles et autres travaux et fournitures faites au susdit chœur comme aussi du couvert d’icelui, fourniture de bois et ardoises d’icelui, et ensuite de procéder à la liquidation et estimation de la façon, matériaux, que ledit Sieur Révérend Deglapigny y pourrait avoir fourni, y compris les manœuvres fournis par ladite communauté, avec quelques matériaux, lesquels ils relâchent en faveur dudit Sieur Révérend Jacques Deglapigny, en imputation de ce qu’il pourrait avoir fait et fourni pour la nef de ladite église,
- sous la déclaration par eux expressément faite de ne s’en vouloir aucunement prévaloir au moyen de ce que dessus,
- et qu’ils avouent dès à présent la quittance que lesdits Maîtres Jacques Chésaz et Vénipe passeront audit Sieur Révérend Deglapigny, sous promesse par eux expressément faite, tant à leur nom que les autres communiers absents, de ne jamais contrevenir en jugement, ni dehors, à peine de tous [dépens d'usage], et sous l’obligation de leurs biens, et de ceux des autres communiers qu’ils se constituent tenir sous l’acceptation présentement faite par ledit Sieur Révérend Deglapigny qui est [ici à ces fins présent],
- présents et acceptant à quelle fin, lesdits conseillers et communiers ont requis ledit maître Jacques Chesaz et ledit Vénipe de vouloir procéder à ladite mensuration, ainsi que lesdits maître Jacques Chesaz et Vénipe ont promis avec toutes sortes d’équité et [?],
- et ce ont fait, comme bien contents des [?] les uns et les autres, par ledit serment prêté par l’élévation de leurs mains en renonçant avec serment à tous droits, lois et moyens au-dessus contraires et clause requise,

- fait et passé dans ladite place publique au lieu de Chamoux,
- (témoins) Barthélémy Richard de la paroisse de Châteauneuf, François Mallet, Paul Lacroix de Montendry, et Pierre Froillard du Betonnet,
- signé sur la minute Vignon, Berthollet, Antoine Brun, Deglapigny sacristain acceptant Jacomoz Chesaz, les autres illettrés, avec les témoins,
- de ce requis par moi, Notaire R. Soussigné de ce requis quoique d’autre s’est [?], qui ai expédié la [présente?] à l’office insinuation d’Aiguebelle.


A.D. Savoie - Archives en ligne - Tabellion - Aiguebelle 1719, page 349/431

Liquidation faite par Honorable Jacques Chésaz et autres consorts de la paroisse de Chamoux.

L'an mil sept cent dix neuf le trente, jour d'avril, par devant moi, notaire soussigné,
- les témoins [?] se sont établis en leurs personnes,
- honorable Jacques Chésaz, maître maçon, sculpteur [? peut-être l'équivalent de plâtrier : en+gypse ?], tailleur de pierre, et honnête Maxime Vénipe maître charpentier et [couvrisseur = couvreur ?] en ardoises, tous deux de la paroisse de Chamoux,
- lesquels de leur gré ensuite de la délibération faite par les syndics, conseillers et communiers dudit lieu dans laquelle ils ont été nommés et députés pour le fait ci-après,
- ainsi que par acte par moi, notaire soussigné, [iceux] ce jourd’hui [? le présent ?]
- ensuite de laquelle délibération après avoir dûment visité les murailles faites au chœur de l'église de Chamoux :

- les matériaux fournis avec la sculpture, façon et [voûte ?] d'icelui comme aussi les ardoises, bois et charpente du couvert, ont transporté par-devant moi notaire et les témoins bas-nommés tout ce qu'ils ont pu avoir examiné, la valeur des travaux, fournitures en la valeur comme ci-après étaient, par leur foi et serment prêté sur les Saints Évangiles de Dieu entre les mains de moi, Notaire, touchés.
Savoir :
- ledit maître Jacques Chésaz est [attermé], en vertu de son dit serment, avoir trouvé cent et deux toises de murailles faites au chœur de ladite église, lesdites toises réduites en pieds et demi de largeur ne pouvant pas moins les estimer telles quelles, se trouvent être faites, gippés1 et blanchis compris, tous matériaux et façon du maître de la somme de [seize] livres treize sols quatre deniers pontoise, y compris la voûte dudit chœur, lesdites cent et deux toises revenant à la somme de mille six cent soixante six livres treize sols quatre deniers (valeur de deux mille cinq cent cinquante florins),
- comme aussi les corniches qui se trouvent être faites dans ledit chœur, façon et fournitures comprises, ne pouvant pas moins les estimer de deux cent [seize] livres treize sols quatre deniers (valeur des trois cent et vingt-cinq florins),
- les chapiteaux et [piédestaux] qui se trouvent aussi faits audit chœur n'ayant pas été faits moins de soixante six livres seize sols, quatre deniers (valeur de cent florins),
- le portail de la sacristie fait en sculpture [de gypse ?] ne pouvant pas être estimé moins de quarante livres (valeur de soixante florins),
- les chapiteaux des fenestrages dudit chœur y compris la croix de Malte faite au bonnet [de haut?] dudit chœur, le tout joint ensemble ne pouvant pas moins les estimer de vingt livres (valeur de trente florins),
- et quant aux degrés du marchepied de l'autel, y compris [l'autel] et les deux degrés pour entrer dans le chœur, le tout fait en pierre de taille, ne pouvant pas non plus moins les estimer de soixante livres treize sols quatre deniers (valeur de cent florins),
- que [vu] ce qu'il a [pu] avoir considéré et examiné, revenant toutes lesdites sommes unies ensemble à celle de deux mille trois cents livres (valeur de trois mille cent soixante-cinq florins),
- et en outre cent seize livres treize sols quatre deniers pour la façon de sept toises murailles pour la construction de la sacristie et voûte d'icelle à raison de seize livres, treize sols, quatre deniers la toise [à ce] compris tous les matériaux, laquelle susdite somme jointe autres ci-dessus revenant à celle de deux mille quatre cent et seize livres, treize sols, quatre deniers,

- et quant audit Vénipe [m’aurait ?] rapporté ensuite de son dit serment avoir trouvé au couvert du chœur de ladite église deux sommiers2 de trente deux pieds de long, d'un pied et demi de hauteur, chacun armé de deux corniers3 et quatre bras4 de force, lesquels soutiennent ledit couvert ; ne pouvant pas moins les estimer, compris la façon, et pour faire [?] dudit bois sur ledit [?] qu'est de la somme de cinquante trois livres six sols huit deniers (valeur de huitante (80) florins),
- plus trois demi sommiers que l'on a été obligés de mettre de même sur ledit chœur armés d'un cornier et de deux bras de force, chacun ne pouvant moins être estimé les trois de vingt livres (valeur de trente florins), plus douze sablières, savoir quatre de vingt-trois pieds et huit de vingt-quatre pieds, compris la façon,
- et [leurs ?] dudit bois sur ledit chœur les ayant estimés vingt-quatre livres (valeur de trente six florins), plus trois pannes5 et la [faite?] du susdit couvert armé de trois esparres6, ayant le tout estimé, compris la façon, et [leur] dudit bois, à seize livres treize sols quatre deniers, et autant pour cinq douzaines de parafeuilles7 y compris le [pont?] et la [?] [d'icelui] sur ledit couvert, plus soixante quatre chevrons tant brisés qu'autres mis audit couvert y compris, le travail fait à iceux ne pouvant pas valoir moins de soixante-quatre livres (valeur de nonante-six (96) florins),
- comme aussi avoir vu et examiné le couvert de la sacristie à côté dudit chœur où il s'est trouvé un sommier d’environ seize pieds, armé d'un cornier de vingt pieds et deux esparres avec un [battelard]8. Y compris la façon et [leur] faite d’iceux, n'étant pas moins de quatorze livres (valeur de vingt et un florins),
- plus deux [?] sommiers armés d'un cornier chacun et deux esparres, plus quatre sablières de quinze pieds de long avec leurs pannes, le tout employé au susdit couvert , y compris le travail, fait ensemble, le tout ayant été estimé à dix-neuf livres six sols huit deniers (valeur de vingt-huit florins),
- plus dix-huit xxx et trois douzaines de parefeuilles [employés?] au susdit couvert revenant, estimé à vingt huit livres (valeur de quarante deux florins),
- ayant de même vu et examiné les ardoises du couvert, tant du chœur que de la sacristie, et auxquelles il aurait trouvé trois mille et deux cents ardoises, [à grand équerre ?] à raison de douze livres le cent, revenant toutes lesdites ardoises à trois cent seize livres, treize sols, quatre deniers(valeur de quatre cent nonante six (496) florins),
- comme aussi trouvé huit sablières de vingt deux pieds chacune qu'il a [omis] dans son ordre qui [servent] de clef, sur la voûte dudit chœur de l'église, et croches, et attaches aux deux clés de [fer ?] de la voûte dudit chœur, lesquelles ne pouvant pas moins être estimées de cinquante trois livres, six sols, huit deniers (valeur de huitante (80) florins),
- ayant vu et examiné les clefs, [lances ??] et crosses employés audit couvert, ne pouvant pas moins être estimés de cinquante trois livres, six sols, huit deniers (valeur de huitante (80) florins),
- et quant au regard de la façon dudit couvert du chœur et de la sacristie, n'ayant pas été fait à moins de cent trente trois livres six sols huit deniers, valeur de deux cents florins ,
- et finalement, avoir [vu] les planchers du chœur et de la sacristie auxquels il se trouve cinq douzaine [daix???] employés bois châtaignier et sept poutres, et pour la façon desdits planchers, ayant été le tout par lui estimé à la somme de huitante deux (82) livres, treize sols, quatre deniers (valeur de cent vingt-quatre florins),
- revenant toutes lesdites sommes y compris sept milliers de clous employés tant audit couvert, qu'aux planchers, à raison de quatre livres, treize sols, quatre deniers le millier, lesdits clous faisant en tout trente deux livres treize sols, quatre deniers, joints et [uni] à toutes les susdites sommes, estimée par ledit Vénipe à celle de neuf cent quarante huit livres (valeur de mille quatre cent quarante florins),

- de laquelle somme ledit Vénipe communauté, ledit Jacques Chésaz celles par lui rapportées au nom de ladite communauté dudit lieu [en quitte?] le Sieur révérend Deglapigny en vertu du pouvoir à [eux] donné par la susdite délibération comme aussi de même honorable Antoine [Branche], ici présent, quitte de même ledit Sieur Révérend Deglapigny, de la somme de deux cent quinze livres, huit sols, six deniers qu'il a reçus ci-devant icelui, ainsi qu'il affirme avec serment
- et [?] savoir quarante six livres, treize sols, quatre deniers pour la porte qu'il a faite à la sacristie en menuiserie, y compris les six bois noyer et ferrures d'icelles, et cent soixante huit livres treize sols, quatre deniers, pour la balustrade de la communion, faite dans ledit chœur en menuiserie et [toi?nure], y compris le bois d’icelle de noyer,

- de tout quoi ils promettent ne jamais faire de mandat, ni rechercher, ni permettre être faite en jugement, ni dehors, audit Sieur Révérend Deglapigny ici présent et acceptant Vénipe de tous dépens [d'usage], intérêt et sous l'obligation de leurs biens et de ceux de ladite communauté sous [constituxxx] d'iceux par leurs foi et serment prêtés entre les mains de moi, Notaire,
- renonçant par leur dit serment à tous droits, lois et moyens [au-dessus] contraire et clauses requises,
- fait et passé à Chamoux dans la maison dudit Sieur Révérend Deglapigny, présents :
M. Pierre Berthollet, châtelain dudit lieu, et honnête Antoine Petit, témoins requis,
Vénipe et Petit n'ont signé, pour ne pas savoir,
de ce [enquis ?] par moi, Notaire susdit soussigné de ce, à recevoir requis, qui ai expédié [le présent ?] à l'insinuation d'Aiguebelle, quoi que par autre soit [exempt?]

10-2012 - 2013, 2015 - Recherche et transcription A.Dh


Lexique
1- gippe féminin
 (Architecture) Cloison formée par du plâtre et des briques placées de champ l’une sur l’autre.
Étymologie : dériverait d’un verbe du patois de Suisse romande giper ou agiper, présent aussi dans le Dauphiné et en Italie, provenant du latin gypsum (« gypse », « plâtre »). Mot décrit par Stendhal, originaire de Grenoble, mort en 1842.
(Wikipedia)

2- Sommier
s. m. Pierre qui reçoit un arc ou une réunion d'arcs, qui leur sert de naissance, de point de départ.
Dans l'architecture du moyen âge, les arcs remplissant un rôle très-important, les sommiers, la manière de les tracer et de les appareiller, leur pose, ont préoccupé les constructeurs. Ceux-ci sont arrivés, vers le milieu du XIIIe siècle, à une science de combinaisons et à une perfection d'exécution dans la manière de construire les voûtes, qui n'ont point été égalées. Or, dans le tracé d'une voûte en arcs d'ogives, par exemple, toutes les difficultés viennent se résoudre dans les sommiers.

(Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Sommier)

- Cornier : "Coin, angle"
(DMF : Dictionnaire du Moyen Français, version 2012 (DMF 2012). ATILF - CNRS & Université de Lorraine. Site internet : http://www.atilf.fr/dmf.)

4- Bras de force :
Bras de force, ou jambe de force ? La jambe de force - généralement oblique - est la pièce de charpente qui soulage la charge de l'arbalétrier. Le bras de force aussi, non ? (cf Viollet-le-Duc)

5- Panne, Sablière :
La panne, pièce de charpente posée horizontalement sur les fermes, supporte les chevrons. La panne sablière, située en bas de pente, peut s'appuyer sur le mur, autrefois garni d'un lit de sable. (Wikipedia)

6- Esparre : Pièce de bois d'une certaine longueur, perche
(DMF : Dictionnaire du Moyen Français, version 2012 (DMF 2012). ATILF - CNRS & Université de Lorraine. Site internet : http://www.atilf.fr/dmf.)

7- Parafeuille : sous-toiture en brique

8- Battelard : ? (L'aide d'un couvreur serait très bienvenue pour ces paragraphes…)
Je ne trouve rien !
Dans le Larousse en 10 vol. on lit : Battellement : double rang de tuiles formant la partie la plus basse d’un toit par où s’écoulent les eaux de pluie ( on l’appelle aussi égout ou avant-toit)


Formules administratives finales très difficiles à déchiffrer. Texte « au kilomètre » sans retour à la ligne, assez bonne écriture, mais pratiquement pas de ponctuation, orthographe variable, et majuscules un peu aléatoires.
La disposition typographique et l'orthographe ne sont donc pas d’origine. Les transcriptions jugées problématiques sont placées entre crochets : merci pour toutes contributions à ce travail !


Source :
A.D. Savoie - Archives en ligne - Tabellion - Aiguebelle 1719, page 348/431
Il existe par ailleurs une copie de la "Délibération faite par les communiers de Chamoux" aux ADS, dossier coté 4B 470 (communautés)