Mairies

Jusqu'au 19e siècle, Chamoux n'avait pas de maison commune : on se réunissait parfois chez un notable; mais le plus souvent, les communiers (après 1814 : les conseiller communaux), se réunissaient sur la place entre le château et l'église, ou dans le cimetière.
(Bien entendu, les femmes n'avaient pas part aux discussions, sauf rares exceptions: les femmes propriétaires et sans "tuteur" n'étaient pas légion)

l'Ancienne Mairie au début du 20e siècle - Carte postale coll. J.B. / CCAChamoux étant aussi chef-lieu de canton, finit par acquérir la Maison Mollot, dans la grand'rue, pour accueillir progressivement: la salle du Conseil; le bureau du Juge de Paix, et celui du greffier, et leur logement; la salle d'école des garçons; le local de la pompe à incendie; la Poste…

Nous connaissons quelques photos du début du 20e siècle de cette "Ancienne Mairie", et surtout, le détail de son achat (houleux) et des réparations vers 1850.
(voir le dossier Délibérations dans Archives municipales)

Incendie de l'Ancienne Mairie - Photo C.B.


Puis "l'ancienne Mairie" brûla, le 1er juin 1991 (locaux administratifs et appartements).

Alors, la nouvelle Mairie descendit des Hauts de Chamoux, vers le château et l'église, et s'installa dans l'ancien presbytère reconstruit au 18e siècle.

 


Le dernier curé résident était parti à la retraite. La cure, objet de réparations dès les années 1820 et 1860, rognée au début du 20e siècle pour élargir la rue (elle y perdit sa symétrie), était devenue vétuste au fil des conflits avec la Municipalité des années 30. (voir le dossier Presbytère dans Archives Municipales)
(Mais le "jardin de curé" restait charmant.)

Le presbytère dans les années 60 - document ADM Le presbytère dans les années 60 - document ADM Le presbytère dans les années 60 - document ADM
Le presbytère dans les années 60 - document ADM 5 vues du presbytère et de son jardin dans les années 60. Cliquer pour agrandir Le presbytère dans les années 60 - document ADM

Cependant, le bâtiment du XVIIIe siècle, destiné à desservir une cure et à héberger un prêtre, son vicaire, et des invités occasionnels, ne suffisait pas pour les services d'une Mairie de la fin du XXe siècle.
Fallait-il démolir ? Réhabiliter ? Hésitations.

Projet 1991 pour l'agrandissement de la future Maire - Archives municipalesProjet 1991 pour la future Maire - Archives municipales

 

 

 



 

ci-dessus; projet août 1991, facade sud et côté ouest: ancien presbytère en bistre, projet d'extansion en bleu

Il fut finalement décidé de réhabiliter la grande bâtisse des années 1730  ET d'agrandir l'existant : projet élaboré dès août 1991 par l'équipe municipale (Louis Bertoncini Maire), appel d'offre en juin 1992.
En 1993, on réaménagea l'ancien bâtiment, et on ajouta le corps central voué aux services (escalier, etc) et le bâtiment au nord (actuelle salle des Associations, Salle du Conseil…)
 

Et le jardin de curé fut totalement transformé (nivellement, dessin d'un jardin d'accueil; et démolition d'un bâtiment privé, qui fit place au Monument aux Morts - situé auparavant sous les platanes devant la boulangerie).

Du vieux Presbytère à la nouvelle Mairie… En travaux - Doc. JB Du vieux Presbytère à la nouvelle Mairie… En travaux - Doc. JB Inauguration de la Nouvelle Mairie le 16 juillet 1993 - Doc. JB

La Nouvelle Mairie a été inaugurée le 16 juillet 1993.

La Mairie en 2016 - photo A.Dh.

Recherche 2018 -  A.Dh.


Sources :
Archives départementales. Archives municipales. Archives A. Dallamutta; Archives C. Bertoncini; Archives J. Bleuse