Presbytère ruiné

Septembre 1719.

L'église de Chamoux s'achevait enfin (le gros œuvre avait été commencé vers 1696).
Mais la mort du vieux curé Deglapigny en 1715 avait mis en évidence un autre problème : la cure longtemps négligée était devenue inhabitable !

Éclairage inattendu sur une société villageoise où la révolte gronde, nobles et manants (un instant) côte à côte.

Procure générale
pour noble Prosper de Livron et et M° Claude Savey notaire royal de Chamoux
passée par les scindicqs, conseillers et communiers de la paroisse de Chamoux

L’an mil sept cent dix-neuf et le dix-sept du mois de septembre, par  devant moi, notaire Royal soussigné, et présents les témoins bas nommés, se sont personnellement établis et constitués
- noble  Prosper de Livron, noble Joseph-Charles Duvillars, M° Joseph [Vignon], praticien ; Maître Antoine Ripert chururgien ; honorable Antoine Brun marchand ; Antoine Fantin hôte ; honnête Étienne Ramel exacteur ; Hugues et Georges Thiabaud, Pierre Tournafon ; Bernard Lacroix ; Hugue Thomas ; Benoit Veloz ; Michel Chaudin ; Matieu Chaudin ; André Trabuchet ; Michel Turrier ; Claude Guiaz ; Antoine Petit ; Claude Sarradin ; Claude Janim ; Jacques Vignon ; Maxime Venippé ; Mathieu Savoye ; Martin Savoye ; François Peguet ; François Ramel-Galley ; Hercule Ramel ; Jean-François Renind ; Jean-Louis Peron Sallaz ; Pierre Ramel-Galley ; Joseph Vignon ; honorable Jacques Chesaz ; Michel Perriere ; Marin Garin ; antoine Mottet ; François Vuillermet ; François Vouard ; Claude Sibuet ; Pierre Venippé ; François Vendange ;Jean Vouard ; Martin Perrier l’Aîné ; Martin Perrier le Jeune ; Jean-Antoine Jaquier ; Jean Mollard ; Maxime Jacques et Laurent Perrier, frères ; honorables Antoine Branche ; Benoît Varnier ; Claude [Flauen]*, tous syndics, conseillers et communiers, de la paroisse de Chamoux,
- dûment assemblés ce jour de dimanche à l’issue de la messe paroissiale, excédant les deux tiers, les trois faisant le tout, lesquels de leur gré pour eux et les leur, et tant à leur nom que des autres absents,
- ont résolu et délibéré d’établir quatre conseillers et deux procureurs pour pourvoir aux affaires pressantes et nécessaires de la paroisse, notamment pour la bâtisse d’une cure,
- attendu que la vieille qui y est, est entièrement détruite pour avoir été abandonnée par le feu Révérend Jacques l’Aîné Deglapigny leur curé ci-devant qui l’a rendue inhabitable pendant l’espace de trente ou quarante années qu’il a été leur curé, pour n’y avoir pas demeuré ;
- même que le Révérend curé d’à présent est à louage aux frais de la paroisse, et très mal
, attendu qu’il n’y a pas de logements propres audit Chamoux.

Si bien que tant à leur nom que des autres communiers absents, ils ont prié noble Prosper de Livron, prieur de la confrérie du Saint-Sacrement audit lieu, de vouloir accepter leur procure pour ce qui regarde le spirituel, et M° Claude Savey, notaire royal dudit lieu, d’accepter celle qui regarde le temporel de ladite paroisse,
- ce qu’ils auraient accepté par la [représentation] qui leur en a encore été faite par le Seigneur Baron de Montfort, Seigneur dudit Chamoux, en l’assistance duquel lesdits conseillers et communiers dudit lieu se sont assemblés en la place ordinaire où elles se tiennent à l’issue de la messe paroissiale, comme sus est dit,
- suivant quoi ils ont tous nommé d’une même voix pour leurs conseillers en ladite paroisse M° Joseph Vignon praticien, honorable Étienne Ramel, Antoine Mottet et Martin Perrier l’Aîné, ici présnets et acceptant ;
- et c’est pour pourvoir et délibérer conjointement avec les procureurs ci-après en toutes les affaires de ladite paroisse, tant spirituelles que temporelles, et ont fait, créé, constitué et député pour leurs procureurs spéciaux et généraux, l’une des qualités ne dérogeant à l’autre, ni au contraire, le susdit noble Prosper de Livron, et ledit M° Claude Savey, aussi ici présents,
- et ladite charge acceptant, ce que ledit noble Prosper de Livron a accepté par une pure amitié et zèle, voyant le pauvre et misérable état où se trouve réduit le Révérend curé dudit lieu,
- et c’est quant audit M° Savey pour intenter au nom de ladite communauté tous les procès qu’il conviendra, tant en demande qu’en défense, appelant qu’appelés, et par-devant tous tribunaux de justice qu’il conviendra, tant souverains que subalternes, même par-devant l’illustrissime et révérendissime Évêque de Maurienne et prince ;
- et pour ce, rechercher généralement tout ce qui peut être dû, de quelque manière que ce soit, à ladite paroisse, faire poser comptes à tous ceux qui ont eu quelque maniement des affaires d’icelles, tant pour la bâtisse de l’église que pour les débris qui leur sont parvenus d’icelle, avec pouvoir qu’ils donnent à leurs dits procureurs de se porter en tous lesdits procès, iceux poursuivre jusqu’à sentence et arrêts définitifs, soutenir tous faits et iceux avec serment, nier ceux des parties adverses par le même serment, produire et communiquer titres, contredire les adverses et généralement faire, dire, gérer et négocier tout ce qui sera requis et nécessaire en iceux, même d’en traiter et transiger, passer tous contrats, quittances et cessions si besoin est en la présence et assistance néanmoins desdits conseillers, soit de deux d’iceux,
- que le tout lesdits communiers avouent, approuvent et ratifient dehors comme pour lors avec serment, tout comme si le tout avait été par eux fait, traité et négocié, si présents et en personne ils y avaient été, encore que le cas requiert mandement plus sépcial qu’il n’est ici exprimé, avouant même et approuvant tout ce qui a déjà été fait et négocié à leur nom, tant par ledit noble Prosper de Livron que par ledit M° Savey, auxquels ils donnent encore pouvoir de constituer et substituer un ou plusieurs autres procureurs qui auront le même pouvoir qu’eux, le tout avec élection de domicile et clauses requises en forme ;
- et ont fait lesdits communiers sous et avec toutes autres dues promesses même de relever leurs procureurs de toutes charges, et iceux de rendre bon et fidèle compte de leurs négociations et de tout ce qui leur sera parvenu entre les mains ; et iceux conseillers d’agir de bonne foi, sans partialité ni par aucun respect ni crainte de personne, le tout sous l’obligation respective de leurs biens présents et à venir qu’ils constituent tenir respectivement par leur foi et serment … prêté, savoir : lesdits communiers par l’élévation de leurs mains à la manière accoutumée ; et lesdits procureurs et conseillers entre mes mains, renonciation par vertu d’iceux à tous droits, lois et moyens contraires et autres clauses requises,
- fait et passé audit Chamoux en la place publique des assemblées, en présence d’honorable Humbert Magnin et d’honorable Jean Masset, tous deux de la paroisse de Montendry, témoins à ce requis,
- signé sur la minute le B. de Montfort, De Livron, Hyacinthe Didier curé**, Berthollet châtelain, Duvillard, Vignon, Ripert, [ ?], Chiesa, Antoine Brun, Branche, Savey, Ramel Pierre, Venippé, Benoît Veloz, Michel Perriere,
- les autres illétérés, de ce enquis,
- et moi, notaire soussigné recevant requis, ai tabellionnement signé, quoique d’autre main soit écrit
          Blanc notaire

Que produisit donc ce bel accord ? Peu de choses apparemment : en 1726, le curé dut se tourner vers le Sénat pour obtenir enfin un logement décent !

6-2013 - 2015 - Recherche et transcription A.Dh.


Notes
* La transcription des noms propres peut être fautive.
** Jacques l'Aîné Deglapigny appartenait à une famille de notables
de Chamoux, propriétaires de plusieurs maisons du village, et de terres ; curé de la paroisse du 19 septembre 1676 jusqu'à sa mort en 1715 (il avait 64 ans), il s'était fait construire une grande maison en 1702 (par Jacques Chesaz). Son successeur, Hyacinthe Didier trouva donc à son arrivée à Chamoux une église inchevée, et une cure en ruines.


Sources
Archives départementales de Savoie - http://www.savoie-archives.fr > Tabellion, 1696-1792 > Aiguebelle 1719 ((2C2106)) p. 191/431